Google abandonne les fausses énergies renouvelables

Après 7 ans d’études très poussées, avec le concours de scientifiques mondialement réputés, Google devait prendre une décision majeure de diversification. Le leader mondial était très tenté d’investir et de diversifier dans le modèle des énergies renouvelables dans son programme connu sous le nom de “RE”. La conclusion vient de tomber : Google abandonne tout espoir dans les énergies renouvelables actuelles, non pas pour des raisons financières car ce secteur est encore juteux, mais parce que ça ne marche pas.

Les énergies renouvelables actuelles sont des leurres permettant de capter des subventions. Avec la crise, ces subventions seront disparues d’ici deux ans, faute de moyens. Prendre des panneaux solaires et des éoliennes à hélice pour résoudre le problème du réchauffement et des émissions de carbone, c’est prendre une petite cuiller pour vider l’Atlantique. Les espoirs entretenus par certains spéculateurs financiers ont manipulé l’opinion. Un moteur de recherche tel que Google, capable d’avoir construit un traducteur en 80 langues, l’un des projets les plus complexes de l’humanité, a l’honnêteté d’appliquer la même rigueur aux énergies renouvelables actuelles et de démontrer qu’elles sont non seulement inefficaces mais même nuisibles.
[blockquote align=”right” cite=”Ludovic Grangeon”]Prendre des panneaux solaires et des éoliennes à hélice pour résoudre le problème du réchauffement et des émissions de carbone, c’est prendre une petite cuiller pour vider l’Atlantique.[/blockquote]

Cette étude démontre ce que l’expérience a déjà révélé, avec le grave constat d’échec de l’Allemagne, qui a investi 300 milliards dans les énergies renouvelables pour seulement 12 % du résultat attendu. Le n°2 en personne, le vice Chancelier allemand Sigmar Gabriel, en charge de l’énergie et de l’économie, a déclaré le 16 avril 2014 :

« La vérité est que la transition énergétique « Energiewende », visant à faire passer la part «renouvelable » d’électricité à 80% en 2050 est sur le point d’échouer. La vérité est que, sous tous les aspects, nous avons sous-estimé la complexité de cette transition énergétique. La noble aspiration d’un approvisionnement énergétique décentralisé et autonome est bien sûr une pure folie ! Quoi qu’il en soit, la plupart des autres pays d’Europe pensent que nous sommes fous. »

Deux des directeurs du programme Google, Koningstein et Fork, viennent d’adresser un terrible avertissement : en additionnant tous les investissements mondiaux actuels publics et privés, et même en les multipliant encore par quatre ou cinq, (ce qui est économiquement hors d’atteinte) la réponse est encore ridicule. Déjà la NASA avait tiré des conclusions identiques en 2008.[blockquote align=”right”]en additionnant tous les investissements mondiaux actuels publics et privés, et même en les multipliant encore par quatre ou cinq, (ce qui est économiquement hors d’atteinte) la réponse est encore ridicule.[/blockquote]

Lire la suite sur le site Economie Matin >>>

Débat de Ludovic Grangeon face au Syndicat des Énergies Renouvelables : l’éolien trois fois trop cher !

Ludovic Grangeon était l’invité de France Culture ce 31 octobre, sur le thème des éoliennes “Vents contraires sur le marché de l’air“, et était confronté à Damien Mathon, délégué général du Syndicat des Energies Renouvelables (SER).


Mais face aux arguments avancés par Ludovic Grangeon, le Syndicat des Energies Renouvelables a du reconnaitre l’exactitude des chiffres cités :

  • l’éolien réclamait un tarif subventionné de 82€ au megawatt pour des équipements qui ne tournent que 20 à 25% de l’année, alors que les autres centrales tournent à plus de 90 % pour le même prix. C’est désormais trois fois trop cher. Le système éolien français est une caricature à base d’installations inefficaces achetées à bas prix pour faire de l’argent au plus vite.
  • Les grandes éoliennes à hélices sont le procédé le plus dépassé et le plus instable. Pourquoi insistent ils pour n’utiliser que celui là ? y compris en mer ? ou les risques de casse sont encore plus importants . Pourquoi mettre des machines au bout de mâts de 100 mètres de haut, alors qu’on peut aujourd’hui installer des machines avec moteur au sol, bien moins hautes et deux fois plus efficaces ? Toutes les ventilations d’immeubles, tous les tunnels, sont des éoliennes récupérables, comme on le fait à New York et Chicago, ou à Dubai.

La nouvelle loi européenne (publiée le 29 juin 2014) prévoit de toutes façons la fin des tarifs privilégiés d’ici deux ans. La France serait une fois de plus la dernière à l’appliquer et vient de signer un arrêté qui va dans le sens contraire, alors que depuis cinq ans on nous disait que c’était à cause de la politique européenne qu’il fallait implanter des éoliennes !

La CSPE est payée par les 8 millions de ménages les plus modestes, y compris par ceux qui ne paient pas d’impôt sur le revenu ! 150 € par ménage prélevés pour les plus grosses fortunes de France au moment des fêtes de Noël !

Les responsables de France Statégie, le Haut Commissariat auprès du Premier Ministre, et de la Commission de régulation de l’Energie ont confirmé au cours de l’émission l’exactitude des affirmations produites par Ludovic Grangeon, et l’absurdité du système actuel .[blockquote align=”right”]Les tarifs subventionnés ont surtout permis à quelques promoteurs privilégiés de s’enrichir rapidement à centaines de millions, en jouant avec l’espoir des gens.[/blockquote]

Les tarifs subventionnés ont surtout permis à quelques promoteurs privilégiés de s’enrichir rapidement à centaines de millions, en jouant avec l’espoir des gens.
En implantant des éoliennes à bas prix qui sont en plus de véritables permis de polluer grâce aux certificats d’énergie qui leurs rapportent une fortune et qu’on ne voit jamais.

Le Gouvernement doit rectifier le tir au plus vite, sinon les plus défavorisés finiront par se révolter de telles injustices.

Le mini-éolien pour les particuliers : nouvelle arnaque ou mauvaise politique incitative

Cela ne vous a pas échappé, des marchands de vents tournent dans nos campagnes. Nous ne parlons pas de ceux estampillés “SRACE” ou “ZDE”, seuls autorisés à piller les caisses de l’État en arnaquant les collectivités à coup de millions. Non, ceux là sont bien identifiés et commencent à être à la peine pour escroquer le maire ou ses conseillés tant les “ploucs” les obligent à se justifier.

C’est un genre un peu nouveau qui est en plein développement : le promoteur de mini-éoliennes pour particuliers. Car là aussi il y’a de l’argent à se faire. Comme nos élus, les citoyen moyen est ignorant, avide et il aime aussi la planète si elle remplit son portefeuille. A partir de ce simple postulat, des démarcheurs font la tournée des chaumières.

Comprenez bien que nous ne parlons pas du hameau isolé dans la Montagne Bourbonnaise pour qui ce serait en effet un idée à creuser (ou à enterrer ?). Non, nous parlons des lotissements en enfilade, alignés comme des vaches prêtes-à-traire. A tel point que même [icon_link style=”globe” color=”green” href=”http://www.fiscalite-environnementale.net/article-que-nous-apprend-l-arnaque-des-mini-eoliennes-de-pignon-113344863.html” target=”_blank”]des think-tank fiscalistes s’en inquiètent sérieusement[/icon_link]  :

[blockquote align=”center”]En zone urbaine dense, au ras des toits, les turbulences provoquées diminuent fortement le rendement de ces petites éoliennes. De nombreux particuliers se retrouvent avec des machines, qu’ils ont payées très chers, et découvrent ensuite que le rendement est si faible qu’ils ne pourront jamais rembourser leur investissement![/blockquote]

Des citoyens se font régulièrement avoir comme [icon_link style=”globe” color=”green” href=”http://www.bastamag.net/article2642.html” target=”_blank”]un gars de Rennes qui s’est vu promettre une économie de 700€/an sur sa facture EDF[/icon_link] . Mal lui en a prit bien entendu.

Mais la conclusion que bon nombre d’organismes fiscalistes ou spéculatifs tirent est invariablement : il faut inciter autrement, revoir le profil des subventions … sinon les citoyens vont commencer à se méfier des Énergies Renouvelables (ENR) :

[blockquote align=”center” cite=”ADEME”]Depuis que le crédit d’impôt pour le photovoltaïque a diminué, les entreprises spéculatrices se sont rabattues sur le petit éolien[/blockquote]

Sans rire … Ce serait donc la faute aux subventions.

Eh bien au Collectif, c’est chose faite, nous nous méfions des éoliennes et depuis longtemps. A tel point que nous pouvons affirmer avec John Hayes,ministre britannique de l’énergie à la BBC le 5 septembre 2012 que ” Les énergies renouvelables doivent prouver à la fois leur insertion environnementale et leur performance économique. Les éoliennes ne franchissent aucune de ces deux conditions.”

Car oui, les éoliennes, même “mini, doivent être rentables sans AUCUNE aide. Et ce sera là la clé de leur succès ou la raison de leur perte.

 

France : 4000 éoliennes en panne

A 14.15 h le 28 février 2012, les 4000 éoliennes du parc français ont cessé de fonctionner.
Avec une puissance utile effective de 353 mégawatts, pour une puissance totale installée de plus de 6.700 mégawatts elles ont produit moins de 0,4% de l’électricité totale fabriquée en France soit 68.917 mégawatts, obligeant les centrales thermiques fortement émettrices de gaz à effet de serre, à pallier leur inefficacité.

Ces chiffres officiels établis par [icon_link style=”link” color=”green” href=”http://www.rte-france.com/fr/developpement-durable/maitriser-sa-consommation-electrique/eco2mix-consommation-production-et-contenu-co2-de-l-electricite-francaise#mixEnergetique” target=”_blank”]Réseau de Transport de l’Electricité (RTE)[/icon_link] démontrent que sans vent il n’y a pas d’électricité éolienne et que ces machines doivent être relayées par des dizaines centrales thermiques.

Le plan du Grenelle de l’Environnement a pour objectif d’implanter 25.000 mégawatts ce qui correspond à 15.000 éoliennes sur la France et 1.200 le long des côtes. Il conduit à construire des nouvelles centrales thermiques (gaz, fioul et charbon), un double investissement nécessaire pour assurer la sécurité énergétique de notre pays.

Les prévisions du Grenelle ont été établies sur des bases scientifiques fausses pour l’unique profit des industriels de l’éolien qui profitent de subventions au mépris de l’intérêt général.

Ce plan entraine un investissement de plus de 50 milliards d’euros d’argent public qui amplifiera les problèmes économiques et écologiques de la France au lieu de les résoudre.

Paris le 28 février 2012
[icon style=”user” color=”green”]Jean Louis Butré[/icon]
[icon style=”cellphone” color=”green”]06 80 99 38 08[/icon]
[icon_link style=”email” color=”green” href=”mailto:contact@environnementdurable.net” target=”_blank”]contact@environnementdurable.net[/icon_link]

Eolien industriel : Chantage aux emplois subventionnés

Communiqué de presse de la Fédération Environnement Durable

Paris le 20 octobre 2011

Eolien industriel : Chantage aux emplois subventionnés

En faisant un chantage à l’emploi, les promoteurs de l’éolien tentent d’influencer le gouvernement alors même que les objectifs du Grenelle de l’Environnement doivent être révisés pour tenir compte de la situation réelle des finances publiques. Ils cachent le fait qu’il s’agit d’emplois subventionnés, et que pour produire un peu d’électricité supplémentaire, l’implantation de 15.000 éoliennes terrestres et offshore entrainera plus de cinquante milliards d’euros pris sur la facture d’électricité des ménages.

La proposition faite par Mme le Ministre de l’Environnement Nathalie Kosciusko-Morizet de ne plus respecter certaines contraintes de la loi votée par le parlement est l’illustration flagrante au plus haut niveau de l’Etat de décisions gouvernementales antisociales qui conduisent à donner à la France l’image d’un « Président des riches » et non celui de tous les citoyens. Ce programme éolien enfonce les plus pauvres de notre pays dans la précarité énergétique.

Contacts Presse
Jean Louis Butré
Tel : 06 80 99 38 08
contact@environnementdurable.net

Michel Broncard
Tel : 06 23 80 71 93
michel.broncard@orange.fr

Hervé Texier
Tel : 06 89 58 70 27
vdcenpb@yahoo.fr

[icon style=”link” color=”green”]Téléchargez le Communiqué de presse de la Fédération Environnement Durable[/icon]

La cour des comptes épingle les éoliennes et leur financement jugé “déséquilibré”

Comme le collectif le clâme depuis de longues années, la cour des comptes vient de découvrir ( oh surprise ) que les éoliennes sont financées par une taxe, l’obscure Contribution au service public de l’électricité (CSPE), qui représente un impôt déguisé mais une réelle répercussion des subventions accordées aux éoliennes sur la facture des citoyens.

Cette taxe devrait encore augmenter compte tenu de l’explosion des installations éoliennes et solaires, installations encouragée par des taux de rachat de l’éléctricité prohibitifs, financés par cette fameuse CSPE.

Cette taxe ne profite par aux citoyens qui la paie, mais uniquement aux promoteurs privés qui ne participent pas du tout au service public contrairement à ce que laisse entendre l’intitulé de cette taxe.

Ainsi donc, cet impôt non déclaré au parlement se révèle illégal et s’assimile, par définition, à un détournement de l’argent public passible de sanctions. Sachant que le crime va bientôt s’élever à 5 milliards d’euros, la question reste : qui va payer ?

Source : challenge.fr