Eolien off shore : Les professionnels de l’hôtellerie se mobilisent

L’Union des Métiers et des industries de l’Hôtellerie (UMIH), par la voix de son Président National des Saisonniers, Thierry Grégoire, nouvellement nommé comme représentant de l’industrie touristique au Conseil National du Littoral et des Mers apporte son soutien aux actions menées conjointement par la Fédération Environnement Durable (FED) et le collectif “Pour Un Littoral Sans Éoliennes” (PULSE).

L’UMIH dénonce la non concertation et la mise en péril de toute la filière touristique notamment de son million d’emplois que provoquerait le lancement du 1er projet de 5 parcs éoliens offshore.

Ce projet est une véritable “folie collective” mené par un puissant lobby de l’éolien, pour polluer en bétonnant nos littoraux et détruire nos emplois, nos entreprises touristiques.
L’UMIH va sensibiliser l’ensemble des acteurs touristiques pour les mobiliser en dressant un rempart humain contre l’installation de 1.200 éoliennes sur nos mers et mettre fin à cette supercherie environnementale, car d’autres solutions énergétiques alternatives existent.

Pulse rappelle qu’un seul parc représente la surface de Paris et qu’il est composé de plus d’une centaine d’éoliennes géantes de 150 mètres de haut installées le long des côtes dans des sites emblématiques comme la Baie de Somme, en face des falaises d’Etretat, des plages du débarquement, de la Baie de Saint Brieuc ou face à La Baule la plus grande plage d’Europe.

La FED confirme que l’ensemble du programme en mer dépassera 20 milliards d’euros d’investissements pris sur la facture d’électricité des ménages à ajouter aux 40 milliards en cours pour les 15.000 éoliennes terrestres. Le total du programme éolien du Grenelle s’il était maintenu entrainerait mécaniquement une augmentation de 40% du tarif de l’électricité des ménages alors que 3 millions sont déjà en situation énergétique précaire.

[icon_link style=”download” color=”red” href=”http://environnementdurable.org/images/doc_redac/doc_43/cp-umih-pulde-fed.pdf” target=”_blank”]Téléchargez le Communiqué de Presse (PDF)[/icon_link]

[icon_link style=”chain” color=”red” href=”http://www.lhotellerie-restauration.fr/journal/salon-concours-syndicat-association/2012-01/L-Umih-s-associe-au-collectif-Pour-un-littoral-sans-eolienne.htm” target=”_blank”]Lire l’article sur www.lhotellerie-restauration.fr[/icon_link]

Soulèvement citoyen des communes de Courcais, Mesples et Viplaix après la provocation des élus.

Michel tabutin, maire de Chazemais et président de la communauté de commune du pays d’Huriel, monsieur Alain LHOPITEAU, maire de Mesples, madame Colette Joulaud, maire de Courçais, et monsieur Jean Michel Dumontet, maire de Viplaix, récoltent le vent qu’ils ont soufflé.
En effet, après une violente attaque personnelle contre madame Desjobert, présidente de l’association des riverains en colère, ces “élus” du peuples sont à leur tour désavoués par leurs propres conseillers !

Après la diffusion [icon style=”globe” color=”magenta”]d’un tract indigne d’un représentant du peuple[/icon], ces élus ont signé ce qui leur était reproché par leurs concitoyens : l’opacité du projet d’implantation et la mise à l’écart des principales personnes concernées par le parc d’éoliennes géantes : les riverains.

Et bien ces messieurs dames récoltent la tempête et un véritable soulèvement citoyen :

Les habitants qui ont fait l’effort de se rendre en mairie représentent 10% des trois communes, 80% ont voté contre.
Par les manque de transparence et estimant n’avoir pas été tenus au courant et consultés lors d’étapes charnières de la procédure, la plupart des conseillers municipaux des communes de Courçais et de Viplaix (8 sur 11 pour chacune des communes) viennent de s’opposer au projet dans le cadre de l’enquête publique.
” Catherine Desjobert.

Ces élus la traiteront ils encore de menteuse ou auront ils la sagesse d’écouter ce que disent les citoyens et les conseillers ?