Des retombées fiscales moindres pour le parc éolien créé en 2010

Voilà qui devrait faire plaisir à nos élus et à monsieur Lionel Roucan particulièrement …

Début 2010, le Quercitain accueillait le premier parc éolien du sud du département. Depuis, les maires ont déchanté. La cause ? Les retombées financières escomptées se sont réduites comme peau de chagrin.
Le sujet s’est invité dans les discours des voeux. La manne financière attendue des cinq éoliennes implantées sur le territoire du Quercitain depuis 2010 a subi de lourds coups de sabre ce qui a provoqué chez les maires des communes concernées une levée de bouclier.

(…)
[blockquote align=”left” cite=”un élu qui aurait du écouter …”]« On a été pris en otage. On a vanté ce produit, annoncé des chiffres exorbitants, et puis là on se rend compte qu’on nous supprime un zéro. On a fait l’effort de dénaturer le coin, on a perturbé les gens de La Râperie, de Ghissignies. Est-ce qu’aujourd’hui on prendrait la décision de le faire pour 2 800 euros ? »[/blockquote]
(…)
L’article complet sur [icon_link style=”globe” color=”green” href=”http://www.lavoixdunord.fr/Locales/Maubeuge/actualite/Autour_de_Maubeuge/Le_Quercitain/2012/02/05/article_des-retombees-fiscales-moindres-pour-le.shtml” target=”_blank”]www.lavoixdunord.fr[/icon_link]

La fin du mythe éolien ? Total arrête d’investir dans l’éolien.

C’est un signal fort qui est envoyé à la planète des investisseurs. Total se retire du secteur éolien pour cause de non rentabilité de la filière. Et venant d’un acteur de ce poids, la décision est à méditer !

Christophe de Margerie, PDG de Total, confirme donc ce que les associations disent depuis longtemps : le développement éolien n’est dû qu’à une bulle spéculative entretenue par les encouragements fiscaux et les multiples aides dont la filière bénéficie pour le plus grand malheur du contribuable et du consommateur final [icon style=”globe” color=”blue”]([highlight type=”light”]voir l’étude fiscale[/highlight])[/icon].

En effet, si le développement du nucléaire, l’hydraulique et toute autre énergie doit et peut être encouragé par des mesures incitatives et par des subventions, l’éolien est la seule technologie qui ne produit pas assez et de manière suffisamment constante pour justifier de cet effort auprès des contribuables.
C’est en substance le sens du retrait de Total de ce secteur éolien.

Il est fort à parier que maintenant, les investisseurs vont se pencher un peu plus sur les chiffres de la production éolienne : une misère au regard des milliards investis.
Pour rappel, une éolienne n’est capable de transformer que 20% de la force du vent reçue (facteur de charge). Pour tout autres technologie (hydraulique, nucléaire, bois énergie, etc … ) on descend rarement en dessous des 60% pour une production totalement maitrisée contrairement à l’éolien aléatoire.

Comme le rappel le journaliste Nicolas Stiel, ce marché éolien vit majoritairement sur la rente du tarif de rachat de l’électricité de 4,2 centimes d’euros par Kw/heure supérieur aux prix du marché auquel EDF est obligé de racheter l’électricité produite par les éoliennes.
On rajoutera les multiples niches fiscales qui permettent aux contribuables fortunés d’épargner. Autant de produits de spéculations qui pèsent sur les ménages français pour une électricité inexistante.

Lire l’intégralité de l’article sur le site [icon style=”globe” color=”blue”]www.challenges.fr[/icon]