COMMUNIQUE DU COLLECTIF VOSGES HORIZON DURABLE : « Infrasons, éolien et santé humaine ».

Madame Hélène LIPIETZ, ex-Sénatrice EELV, avait posé une question écrite au gouvernement concernant les distances entre les lieux d’implantation des éoliennes et les habitations.

Cette Elue soulignait « le manque d’études sérieuses et indépendantes quant à l’impact des éoliennes sur la santé des riverains » et demandait d’étudier l’agrandissement du cercle d’exclusion de ces machines autour des lieux d’habitationss.

Cette question a été retirée officiellement pour cause de « fin de mandat ». Le principe de précaution voudrait que ce domaine soit exploré ainsi que le préconisent le Ministère de la Santé britannique ainsi que de très nombreux experts et médecins dans le monde.
Face à un flux croissant de témoignages tendant tous à décrire les mêmes symptômes et avec la reconnaissance récente par les tribunaux portugais d’effets sur la santé des chevaux, il n’est plus envisageable de continuer à occulter ce problème dans notre pays.

Aussi, l’Association Paysage et Nature de la Campagne Vosgienne a décidé de déposer un recours concernant le projet éolien de la centrale éolienne des Hauts Chemins développé par le promoteur NEOEN à ESLEY (88260) en soulignant l’impasse faite sur l’étude des effets des infrasons sur la santé.
Son Président, Antoine CHONION, donnera une conférence de presse le mardi 2 septembre 2014à Esley à 14h30 (rendez-vous devant la mairie).
Le Collectif Vosges Horizon Durable apporte son soutien à l’Association Paysage et Nature de la Campagne Vosgienne dans cette démarche novatrice, aucune étude sérieuse n’ayant été effectuée en France sur cette problématique de santé publique.

Le Collectif Vosges Horizon Durable
Association Rabodeau Environnement.
Docteur Claude BROCARD
rabodeau.env@free.fr
www.rabodeau-environnement.fr
14, place Thumann – 88210 – Senones.

Pour des raisons de sécurité, le chemin de la ligue doit être partiellement dévié à cause des éoliennes

La Semaine de l’Allier 20.01.2011

Le promoteur nous dit: “lorsque les éoliennes tournent, elles produisent”. Oui, mais elles ne produisent finalement seulement 11% de leur capacité de production techniquement possible par an et ceci faute de vent. Sans parler des avantages financiers pour le promoteur, est-ce que cette petite production justifie l’impact sur le paysage des Montagnes Bourbonnaises, le GR3, classé par l’UNESCO à cet endroit, et pour les habitants qui sont sérieusement dérangés par le bruit de ces machines éoliennes industrielles?

Article du journal La montagne du 20 janvier 2011