Eolien offshore : saccage des côtes de la France

Le Gouvernement a annoncé, vendredi 6 avril, les résultats de l’appel d’offres de 3000 MW offshore pour la création de cinq parcs éoliens, soit 500 à 600 éoliennes géantes de 180 m de hauteur au large des côtes normandes et bretonnes. Cette décision entraine déjà le saccage programmé de quatre des plus beaux sites de notre pays, la Baie de Saint Brieuc, la Baule, Fécamp, Arromanches, livrés à des consortiums industriels.

Un investissement de 10 milliards d’euros pris sur la facture d’électricité des français va être ” englouti” pour fabriquer 1,5% d’une électricité intermittente dont la France n’ pas besoin puisqu’elle exporte déjà 15% de sa production actuelle.

Cette production de kilowattheures supplémentaires, de mauvaise qualité, cinq fois plus chers, provoquera une hausse probable de 20% du tarif de l’électricité des ménages alors que 4 millions sont déjà en situation énergétique précaire.
Pour réguler cette production, ces parcs éoliens entraineront la construction de nouvelles de centrales à gaz fortement émettrices de CO².

Il s’ agit selon la fédération Environnement Durable (FED), d’une erreur économique, d’un massacre écologique, d’un saccage des paysages, d’une destruction du patrimoine et d’ un sacrilège des lieux de mémoire de notre pays.

La Fédération Environnement Durable lance un appel à la mobilisation générale des associations de l’environnement, des professionnels du tourisme, de l’hôtellerie, des professionnels la mer et de la pêche et des associations du patrimoine. Elle demande aussi à l’Unesco de classer définitivement au patrimoine mondial les plages du débarquement, atteintes par le projet nommé Courseulles-sur mer qui en réalité se situe en face de la plage d’Arromanches.

Contact Presse
J.L. Butré
06 80 99 38 08
Contact@environnementdurable.net

Eoliennes off-shore : la facture va être salée !

L’éolien Off-shore est tout aussi aberrant que l’éolien terrestre. C’est en substance ce que Jean Louis Butré, président de la Fédération Environnement Durable, et ce qu’Hervé Texier, vice président, ont exprimé dans une tribune ralyée par l’Extansion puis par les autres médias. En effet, cette tribune appuie là ou ca fait mal : le porte-feuille.

Je vous invite évidemment à lire cet article, mais surtout à le commenter avec vos propres apports pour montrer que les défenseurs du modèle éolien font preuve d’une irresponsabilité coupable ou en tout cas ignorante. N’hésitez pas à parler de notre combat dans l’Allier, et spécifiquement des menaces qui pèsent sur la montagne bourbonnaise, menacée par de nouvelles éoliennes.

[icon style=”globe” color=”green”]Eolien off-shore : l’addition va être salée / l’Expansion.com [/icon]

Communication du gouvernement : Installation de 3 000 MW d’éoliennes en mer

« Un premier investissement de 10 milliards d’euros pour produire de l’énergie décarbonée, créer une nouvelle ” filière industrielle verte ” et des dizaines de milliers d’emplois en France »

Extrait : L’objectif européen de développement de l’énergie en mer est d’atteindre 40 000 mégawatts (MW), représentant un investissement annuel de 16,5 milliards d’euros. Une capacité installée de 40 000 MW en 2020 produirait l’équivalent de 4 % de la consommation européenne d’électricité et serait en mesure de créer près de 160 000 emplois. D’autres programmes de grande ampleur sont prévus ailleurs dans le monde, notamment aux Etats-Unis et en Chine.

Avec ses entreprises de rang mondial dans l’énergie et le génie civil, ses industries de pointe, son tissu industriel dans le domaine des matériaux et l’électromécanique, ses compétences en matière d’ingénierie et de logistique, ses infrastructures portuaires, et sa capacité à relever les grands défis technologiques et industriels, la France dispose de sérieux atouts pour jouer un rôle de premier plan dans la compétition industrielle qui débute aujourd’hui. (..)”

Lire la suite sur developpement-durable.gouv.fr

Cette annonce fait suite aux déclarations du chef de l’état sur un appel d’offre de l’état pour l’éolien off-shore français.

Eolien offshore, une électricité « salée » : Communiqué de la FED

Communiqué de Presse de la FED
Paris le 21 janvier 2011
Eolien offshore : Une électricité « salée »

Des arbitrages ont lieu actuellement au sein du gouvernement concernant l’éolien offshore.
Les 6.000 Mégawatts prévus par le Grenelle de l’Environnement subventionnés par les consommateurs d’électricité, correspondraient à une facture supplémentaire de 20 à 40 milliards d’euros à ajouter aux 40 milliards en cours pour les 19.000 Mégawatts de l’éolien terrestre (*1).

Le gouvernement tente de réduire ce programme qui entrainerait mécaniquement une augmentation de l’électricité des consommateurs de 30% à 40%.

Alors que 3 millions de menages en situation précaire ne peuvent déjà plus régler leur facture d’électricité, la Fédération Environnement Durable (FED) estime que subventionner l’éolien avec de l’argent des consommateurs est immoral et socialement dangereux.

eoliennes géantes importées du Danemark d’Allemagne et prochainement de Chine, créent des emplois dans ces pays avec de l’argent des ménages français.

La FED demande l’arrêt immédiat du programme éolien sur terre et offshore.

Fédération Environnement Durable

environnementdurable.net

Contacts presse
Hervé Texier : Vice Président FED
Michel BRONCARD : Vice Président FED

(*1)
Eolien terrestre
1.000 MW = perte pour EDF de 100 millions d’euros par an
5000 MW = perte pour EDF de 500 millions d’euros par an (situation actuelle)
19.000 MW = perte 2 milliards d’euros par an (programme du Grenelle)

Eolien offshore
1000 MW = perte potentielle de 200 millions d’euros par an au tarif actuel 0,13 ct/ KWh (insuffisant pour les promoteurs)
6000 MW = perte de 1, 2 milliards d’euros par an
Il faut ajouter les Dommages collatéraux
Renforcement et adaptation du réseau électrique: 5 milliards d’euros
Compteurs intelligents : 5 milliards d’euros
Démembrement : 1 à 2 milliards d’euros pour 10.000 éoliennes terrestres et probablement plus pour les éoliennes offshore.

communiqué fed du 24.01.2011