Droit de réponse du groupe EELV Auvergne : Rencontre avec les anti-éoliens de l’association Ally-Mercoeur Vivre en Paix (AMPV)

[notice]Suite à un souci technique, il semblerait que le système de dépose de commentaires ne fonctionne pas bien sur notre site. Monsieur Rémi Traversier, collaborateur du groupe politique Europe Ecologie Les Verts, a bien voulu me le signaler je l’en remercie.
Voici donc sa réponse à notre article : [icon_link style=”link” color=”green” href=”http://www.allier-citoyen.com/2012/01/compte-rendu-dentrevue-avec-lionel-roucan-vice-president-du-conseil-regional-auvergne-sur-son-engagement-pro-eolien/” target=”_blank”]Compte rendu d’entrevue avec Lionel Roucan, vice président du Conseil Régional Auvergne sur son engagement éolien[/icon_link].[/notice]
[divider_line]

On reproche souvent aux politiques de raconter des histoires et de n’en faire qu’à leur tête, de négliger l’avis de la population, des associations de citoyens, parfois même de vivre au-dessus des lois.

La manière dont s’est déroulée la concertation autour du Schéma Régional Eolien (une mesure liée au Grenelle) montre bien qu’il n’y a pas de vérité générale !

Lionel Roucan, en charge de la co-élaboration de ce schéma avec l’Etat, a rencontré les associations de riverains qui s’opposent aux éoliennes, des promoteurs éoliens, des syndicats de la profession des énergies renouvelables, … autrement dit, les acteurs pro et anti-éoliens du territoire Auvergnat. Nous aurons l’occasion d’y revenir dans un prochain billet.

Parmi les associations opposées à l’éolien, nous avons rencontré des représentants de l’association Ally-Mercoeur Vivre en Paix, le 9 novembre 2011, afin d’échanger nos points de vue, avec un message central développé longuement par L.Roucan au sujet des éoliennes en Auvergne : « pas n’importe où, pas n’importe comment ».

Le compte rendu de cette entrevue publiée par l’association le 9 janvier 2012, mérite une réaction évidente et plusieurs constats :

  • Premier constat, les membres de cette association, qui se présentent comme des experts de l’éolien – ce qui leur octroie le droit de juger l’éolien en toute objectivité bien évidemment – ne connaissent pas si bien le sujet finalement, ses acteurs, son cadre réglementaire. Et visiblement, ce ne sont pas un entretien et une mise au point de plus d’1h30 qui auront changé la donne …

    En effet, ils reprochent à Lionel Roucan et à la Région de se limiter à « des ZDE socialement acceptables », alors que les zones de développement de l’éolien (ZDE) sont de la responsabilité de l’Etat.

    Un schéma régional des ZDE sous la responsabilité de la Région – cherchez l’erreur – serait également en élaboration ; nous sommes ravis de l’apprendre car nous n’étions pas au courant ! Ce qui incombe à la Région, c’est bien la co-élaboration d’un schéma régional éolien, identifiant les zones auvergnates à l’intérieur desquelles des ZDE pourraient – la sémantique est importante – être proposées par les collectivités, en vue d’y envisager l’installation d’éoliennes qui bénéficieront d’un tarif d’achat garanti par l’Etat. Ce n’est pas exactement la même chose ! Une zone définie comme favorable à l’éolien par le schéma, ne verra donc pas forcément l’éclosion d’une ZDE.

    Les populations seraient également la dernière roue du carrosse dans ce schéma. A priori, les échelles cartographiques sont étrangères aux membres de cette association. Avec une échelle de 1/500 000, il est effectivement difficile de repérer les 180 habitants de la commune d’Ally ! Le schéma régional définit les grandes zones favorables à l’éolien, mais c’est ensuite aux collectivités et à l’Etat d’approfondir plus finement les particularités du territoire : les sites remarquables, les zones protégées, les habitations, …
    Enfin, voilà le comble, L.Roucan est sermonné parce qu’il respecte la loi ! Est-il utile de réagir à ce genre de propos ?!

  • Deuxième constat, les experts d’AMPV apprécient tout particulièrement les raccourcis et s’adonnent à une désinformation du public bien huilée !
    Tout d’abord, les écologistes et L.Roucan notamment, sont favorables à l’éolien « parce qu’ils s’opposent au nucléaire bien sûr ». Inversement, les membres de l’association AMPV estiment l’éolien « totalement insignifiant ».

    Les « vilains écologistes » souhaiteraient remplacer le nucléaire par la « somme de différents modes de production ». Les membres d’AMPV oublient malgré tout que les énergies renouvelables sont la cerise sur le gâteau d’une société sobre et efficace pour laquelle nous oeuvrons, une société négaWatt visant l’autonomie énergétique, la résilience, un « chemin de non-regret * » face au double défi énergétique, climatique, et à l’épée de Damoclès d’un nouvel accident nucléaire. Voilà bien le fond des propos de Lionel Roucan, lorsqu’il affirme que « l’écologie, c’est de l’économie ». De là à extrapoler, qu’il cautionne le libéralisme financier et l’économie de marché à outrance, il y a un grand fossé !
    Alors oui, l’écologiste est aussi pragmatique, il a bien conscience du monde dans lequel il vit, et le fait que des éoliennes espagnoles soient installées en Allemagne, ne le surprends pas ! Le fait qu’un parc éolien soit rentable en partie grâce aux tarifs de rachat, ne le choque pas non plus dans la mesure où le nucléaire est rentable parce qu’il monopolise depuis 40 ans les financements publics et que son coût social et environnemental n’est pas pris en compte.

    Il est également réaliste lorsqu’il affirme qu’un parc éolien ne crée pas toujours d’emplois locaux, selon le gestionnaire du site, et qu’il convient justement d’être vigilant dans les appels d’offre pour s’assurer de s’attacher les services d’entreprises vertueuses pour l’économie et l’emploi local. Les promoteurs industriels, quelle que soit la filière, ne sont pas toujours des philanthropes ; le comprendre, le prendre en compte dans notre réflexion, est apparemment un crime de lèse-majesté pour l’association AMPV.

    Enfin, tant qu’à faire de la désinformation, autant le faire complètement, et dans ce domaine là, l’association AMPV excelle : « Roucan nous dit que pour I’année 2010 la production du parc d’Ally s’élèverait à 176MW. Or, ce n’est pas le bon chiffre. Après plusieurs appels téléphoniques, nous avons compris qu’il ne connaissait pas la production annuelle d’Ally. » Le chiffre « 176MW » correspond en réalité à la puissance installée d’énergie éolienne en Auvergne, la Région ayant pour ambition d’atteindre 800MW en 2020. L’usage des chiffres est un exercice complexe, nous mettrons cette erreur d’appréciation sur ce compte là …

  • Enfin, troisième et dernier constat, plus connu celui-ci. L’anti-éolien manque souvent d’argument(s) pour exprimer son rejet inconditionné du renouvelable.

    Les lignes HT et THT ne le gênent pas dans le paysage parce qu’ « elles sont de couleur sombre » à l’inverse des éoliennes. Mais quand on lui demande si les éoliennes étaient sombres elles aussi, accepterait-il pour autant l’installation d’éolienne, il fait grise mine et préfère s’esquiver en posant une autre question censée chatouiller l’écologiste : « et les centaines d’oiseaux tués par les pâles ? Les bancs de poissons déplacés par les éoliennes en mer causant la fermeture de ports entiers ? Et la sécurité des riverains avec les glaçons qui tombent des pâles, qu’en dites-vous ? ». Là encore, tout est question d’échelle, de vérité scientifique aussi, mais pour l’association AMPV, il n’est pas question de comparer les risques de l’éolien, des énergies fossiles, et du nucléaire. Pas de parallèle non plus avec les risques encourus par la multiplication des autoroutes.

    A en croire l’association AMPV, les éoliennes ne tournent presque jamais en Auvergne, elles font baisser le tourisme, l’attractivité du territoire, les études de bruit sont effectuées quand les éoliennes ne tournent pas, les promoteurs complotent avec les communes pour se faire de l’argent sur le dos des citoyens… bref, le mal est partout ! Soyez vigilants !

Des retombées fiscales moindres pour le parc éolien créé en 2010

Voilà qui devrait faire plaisir à nos élus et à monsieur Lionel Roucan particulièrement …

Début 2010, le Quercitain accueillait le premier parc éolien du sud du département. Depuis, les maires ont déchanté. La cause ? Les retombées financières escomptées se sont réduites comme peau de chagrin.
Le sujet s’est invité dans les discours des voeux. La manne financière attendue des cinq éoliennes implantées sur le territoire du Quercitain depuis 2010 a subi de lourds coups de sabre ce qui a provoqué chez les maires des communes concernées une levée de bouclier.

(…)
[blockquote align=”left” cite=”un élu qui aurait du écouter …”]« On a été pris en otage. On a vanté ce produit, annoncé des chiffres exorbitants, et puis là on se rend compte qu’on nous supprime un zéro. On a fait l’effort de dénaturer le coin, on a perturbé les gens de La Râperie, de Ghissignies. Est-ce qu’aujourd’hui on prendrait la décision de le faire pour 2 800 euros ? »[/blockquote]
(…)
L’article complet sur [icon_link style=”globe” color=”green” href=”http://www.lavoixdunord.fr/Locales/Maubeuge/actualite/Autour_de_Maubeuge/Le_Quercitain/2012/02/05/article_des-retombees-fiscales-moindres-pour-le.shtml” target=”_blank”]www.lavoixdunord.fr[/icon_link]

Réponses aux fausses réalités de La Montagne et La Semaine de l’Allier du 9 février sur le SRCAE Auvergne

Dans leur éditions respectives du 9 février 2012, les journaux La Montagne et La Semaine de l’Allier, organes de la presse régionale en Auvergne nous ont donné de très bonnes récitations des discours officiels du SRCAE Auvergne présidé par Lionel Roucan, vice président du conseil régional.

A defaut d’avoir la parole, voici nos réponses.

Extrait n°1

Extrait de l’article “un département riche en vent“, La Montagne, le jeudi 9 février 2012, par Mathilde Duchatelle :

[note align=”left”]
“L’Auvergne, et l’Allier en particulier, ont du vent en quantité note Jean Luc Marx, préfet de l’Allier : “Nous avons des gisements de vent, notamment dans la Montagne bourbonnaise, déjà labellisée”. Le schéma étaie cette affirmation en citant une étude d’Aria technologies mettant en évidence un potentiel éolien supérieur à 4,1 m/s à 60 mètres de hauteur sur l’ensemble du territoire régional, ce seuil étant considéré comme un minimum pour l’implantation d’éoliennes. Ce critère n’est pas discriminant en Auvergne”.
[/note]

Réponse 1 :

L’étude d’aria technologies est la seule est unique source utilisée par le SRCAE et l’Ademe Auvergne pour promouvoir les éoliennes. Pourtant ce travail est contestable et contesté, sur le fond et sur la méthode.

Ainsi, dès 2009, monsieur Francis Lesage Catel, polytechnicien et ancien président du directoire des Pompes Guinard, a refait les calculs à partir des données de Météo France et les a confronté à celles d’Aria technologies.

Voici en guise de réponse un extrait de cette [icon_link style=”link” color=”red” href=”http://www.allier-citoyen.com/les-etudes/etude-le-vent-dans-lallier/” target=”_blank”][highlight type=”light”]contre-étude sur les vents dans l’Allier[/highlight][/icon_link] :

[note align=”left”]
“(…) En juin 2003, un petit bureau d’études, Aria Technologies, a publié un document intitulé « Gisement éolien et environnement en région Auvergne ». Ce travail s’inscrivait dans le cadre d’une convention avec la Délégation Régionale de l’ADEME, pour le projet « Cartographie du potentiel éolien de la région Auvergne ».
Aria Technologies a pour cela utilisé un logiciel de modélisation mathématique des écoulements de l’air, ARIA WIND. Il s’agit d’un logiciel maison dont Aria Technologies n’indique pas le degré de précision (le connaissent ils seulement ?). Tout juste sait-on qu’il applique un modèle météorologique développé par EDF et intitulé MINERVE et qu’il aurait été validé sur 3 sites, ce qui statistiquement ne signifie rien.
(…)
Le logiciel MINERVE avait été développé à l’époque par EDF pour prévoir les trajectoires d’éventuels nuages radioactifs s’échappant des centrales nucléaires en cas d’accident.
(…)
La rusticité du modèle Minerve est d’ailleurs mentionnée ingénument par Aria Technologies à l’annexe 3, page 75, de son rapport : « La caractéristique essentielle du code MINERVE est sa rapidité. A notre connaissance, c’est le seul type de code météorologique 3D applicable en temps réel sur un ordinateur de performances modestes ». La région Auvergne méritait peut-être mieux qu’un simple PC pour engager des décisions aussi importantes pour son avenir.(…)”

[/note]

Suite à la publication de cette contre étude sourcée des vents dans l’Allier, monsieur Francis Lesage Catel trouve des chiffres de rentabilité de seulement 5% par éolienne. Malgré un important coup de phare médiatique, les acteurs concernés n’ont jamais tenté de contre étude, ou même de contester les données avancées par l’auteur.

Ce déni d’étude est coupable. Ainsi après avoir demandé un [icon_link style=”globe” color=”red” href=”http://www.allier-citoyen.com/wp-content/uploads/2011/11/Report_Analysis-UK-Wind_SYoung.pdf” target=”_blank”][highlight type=”light”]audit de ses parcs éoliens[/highlight][/icon_link], l’Angleterre elle même, pourtant 1er gisement éolien d’Europe selon les propres chiffres de l’ADEME, vient de s’apercevoir que la production annuelle de la totalité de ses parcs ne dépassait par les 10% de leur puissance totale pour une activité de seulement 1/3 de l’année.

Or les cartes de cette même ADEME, accuse un vent de seulement 4,1 m/s en Auvergne quand elle en prédit plus de 7 m/s en Angleterre !
Mais ces simples faits, bruts et sans aucune transformation ne font “qu’ironiser” ces messieurs …

Extrait n°2

Extrait de l’article “un département riche en vent“, La Montagne, le jeudi 9 février 2012, par Mathilde Duchatelle :

[note align=”left”]
“Une étude contestée par plusieurs associations. Passablement agacé par la question, Lionel Roucan, vice-président (Europe Ecologie-Les-Verts) du Conseil régional, ironise : “Oui, il y’a du vent, sinon il n’y aurait pas d’opérateur ! Ca me paraît insensé de dire que les installations ne rapportent rien. En dehors de cette étude, les opérateurs posent des mâts de mesure. A eux de calculer ensuite si c’est rentable
[/note]

Réponse n°2

Un éolienne installée sur une ZDE est une “délégation de service public”. C’est pour cela que le courant produit est racheté par EDF à des prix parfois doubles de ceux du marché. Ce rachat est effectué grâce à la taxe CSPE directement prélevée sur les factures de consommateurs.

A ce titre, c’est bien à monsieur Lionel Roucan et consorts de contrôler la bonne rentabilité d’installations que ses administrés paient le prix fort ! Surtout si … elles ne produisent pas !

Enfin, pourquoi des promoteurs installeraient ils leurs machines si elles ne produisent rien ?

Et bien encore une fois, c’est une étude qui agacera monsieur Lionel Roucan qui vient nous l’expliquer.

Monsieur Ludovic Grangeon, Enseignant chercheur en économie à l’ESDES LYON, nous en fournit les données dans son [icon_link style=”chain” color=”red” href=”http://www.allier-citoyen.com/les-etudes/dossier-economique-fiscal-des-eoliennes/” target=”_blank”][highlight type=”light”]étude sur la fiscalité des éoliennes[/highlight][/icon_link]. Etude réalisée à partir du cas du parc éolien du Chemin de la Ligue, en Montagne bourbonnaise :

[note align=”left”]
“Le financement des opérations d’éoliennes donne droit à des conditions particulières dont l’analyse
globale est rarement maîtrisée. Leur synthèse fait apparaître des conséquences fiscales très graves
pour l’État et les Collectivités, ainsi que pour les particuliers eux-mêmes ayant un patrimoine à
proximité de ces opérations.
(…)
Par ailleurs, ce produit de défiscalisation, permet à un certain nombre de contribuables fortunés de se soustraire à l’impôt de façon extrêmement importante, puisqu’un contribuable peut facilement soustraire à l’impôt plus de 100 000 euros par an en investissant dans les éoliennes.
(…)
La clientèle visée est principalement celle des contribuables aisés, passibles de l’ISF. Ceux-ci bénéficient d’un avantage cumulé sur trois plans :

  • Les promoteurs leur offrent l’accès à la détention de parts d’une société (SAS) de production d’énergie électrique, dans le cadre des lois DUTREIL et TEPA. Cette société exploite un parc éolien.
  • Une réduction immédiate sur ISF de 75% du montant investi dans la limite de réduction de 50.000 € : Plafond fiscal d’investissement. (…)
  • Une exonération à vie de l’ I.S.F du montant de l’ actionnariat (montant illimité).
  • Le bénéfice de la loi Dutreil permet également de réaliser une réduction d’impôt sur le revenu de 25% .(…)
  • Les revenus sont constitués sous forme de dividendes. C’est pourquoi une « optimisation
    supplémentaire » est parfois faite en vendant avec plus value des parts de sociétés à une
    autre, pour bénéficier d’une imposition encore moindre, y compris en visant l’exonération
    totale sous forme d’entreprise individuelle, mais ce sont des cas limites et risqués au niveau
    fiscal.

(…)
Malheureusement, à force d’incitations fiscales, le gouvernement est ainsi parvenu à faire des éoliennes, non plus un produit environnemental, mais un pur produit fiscal dans lequel ces promoteurs ont malheureusement peu de choses à faire avec l’environnement et le développement durable.
[/note]

A noter que les comptes financiers du parc du Chemin de la ligue ne sont toujours pas publiés, en infraction totale avec la loi, et ce malgré un [icon_link style=”link” color=”red” href=”http://www.allier-citoyen.com/wp-content/uploads/2011/10/courrier-19-septembre-2011.pdf” target=”_blank”][highlight type=”light”]référé au procureur de la république[/highlight][/icon_link] intenté par le maire de Laprugne, village riverain.

Pour conclure cette deuxième réponse, nous pouvons dire que la totalité des chiffres avancés par le SRCAE et l’Ademe Auvergne, ainsi que les présomptions d’innocence que monsieur Lionel Roucan porte aux promoteurs éoliens, sont fausses et coupables. Et si ces présomptions et chiffres ne sont pas faux, aucun chiffre actuel ne permet de le défendre. Nous sommes donc bien face à un dogme et non face à des études.

Information sur le déroulé du SRCAE Auvergne

Notre collectif ainsi que celui du Auvergne Stop Eole ont été invités au sein des réunions du SRCAE qui est actuellement “exposé” à la “concertation”. Mais de concertation, nos associations se sont vu rétorquer une fin de non recevoir aux arguments pourtant sérieux et fondés qu’elles avancaient.

En effet, comme le souligne Mathilde Duchatelle dans son article, le SRCAE n’est là que pour entériner le fait qu’il faille tant d’éoliennes en Auvergne, tant de pourcentage …
Ce point de départ n’était pas négociable et a mené tout les “débats”, qui dès lors n’ont porté que sur l’unique question : “comment implanter des éoliennes” … et non sur le “pourquoi implanter des éoliennes ?” ou le “dois on le faire ?“, ou encore “est ce la meilleurs solution pour l’Auvergne ?”.

Il n’est donc pas surprenant que nous soyons très remontés face à ces méthodes anti-démocratiques, ces farces qui consistent à faire croire que le citoyen à un quelconque mot à dire face aux politiques décidées par ses “élus”.

Mais en terme de pouvoir, nous nous sommes rendu comptes que ces messieurs nos préfets et vice-président n’en ont aucun, ils ne peuvent qu’appliquer une directive du Grenelle.

Nous aimerions que les journalistes en témoignent. Mais ils ne font que suivre la tendance, au lieu de la précéder.

Compte Rendu d’entrevue avec Lionel Roucan, vice président du conseil régional Auvergne, sur son engagement pro-éolien

Voici le compte rendu de notre entrevue du 9 Novembre 2011 avec Le Vice Président du Conseil Régional Auvergne, Mr Lionel ROUCAN.

[one_half][/one_half]
[one_half_last]Suite à notre courrier concernant le schéma régional éolien envoyé à Mr le Président et à Mr le Vice président du conseil régional le 9 Octobre 201l, Mr Lionel ROUCAN nous a contacté pour nous rencontrer.

L’entretien s’est déroulé le 9 Novembre 2011 à Chamalières à 16h et s’est terminé à 17h30.
[divider_line]
[icon_link style=”download” color=”red” href=”http://www.allier-citoyen.com/wp-content/uploads/2012/01/CR-lionel-roucan-auvergne-eoliennes.pdf” target=”_blank”]Téléchargez le Compte rendu (PDF)[/icon_link]
[divider_line]
[icon_link style=”download” color=”red” href=”http://www.allier-citoyen.com/wp-content/uploads/2012/01/lettre-pdt-conseil-regional-auvergne-rene-souchon-.pdf” target=”_blank”]Lettre de René Souchon, président du Conseil Régional Auvergne[/icon_link]
[divider_line]
[/one_half_last]

Voici quelques points retenus de notre entrevue

  • Pour Lionel ROUCAN peu de contestation de l’éolien en Auvergne (même s’il se souvient bien de l’intervention musclée de l’Abbe Roze et celle de Mr Leloustre), il regrette, d’un air moqueur le peu de représentants dans les phases de concertation.
  • Il n’est pas chargé de faire des ZDE mais des ZDE “socialement acceptables”.
  • Il doit permettre I’installation de 624MW en Auvergne avec des machines de 2,5MW donc à peu près 250 machines. Lionel ROUCAN nous détaille comment sont mis en place le schèma des ZDE par superposition de différentes cartes (sites remarquables, mesure de vent, zones protégées et celle de la densité de population en demier.).
  • Pourquoi Lionel ROUCAN est-il favorable à l’éolien ? Parce qu’il est opposé au nucléaire bien sûr, même si pour nous c’est totalement insignifiant (comme les biocarburants) il persiste en disant que c’est par la somme de différents modes de production qu’on pourra s’en sortir.
  • Lionel ROUCAN reconnaît qu’a Ally le parc éolien aurait pu se faire autrement (plus d’information en amont) même si la loi était favorable à l’époque. Il nous demande d’ailleurs si on aurait préféré une usine d’équarrissage !
  • Il se retranche facilement derrière la loi (on lui fait remarquer que c’est un peu facile). Lionel ROUCAN dit “Mais allez-y faites vous entendre !”, vous avez un député à votre disposition pour changer les lois! ( à savoir Mr Proriol pro-éolien de la lère heure ndlr.).
  • Lionel ROUCAN ne comprend pas d’ailleurs pourquoi on ne s’offusque pas des lignes à Haute Tension qui sont aussi des verrues dans le paysage. Notre réponse: elles sont de couleur sombre tandis que les éoliennes sont blanches. Il rajoute “c’est pour ne pas avoir à les chercher “! (sans commentaire ndlr.)
  • Lorsqu’on aborde le sujet des oiseaux tués par la rotation des pâles, Lionel ROUCAN se défausse en disant que ce n’est rien à comparer des autoroutes, ce qui est vrai mais certainement pas une excuse. Idem pour les chauves-souris qui sont dérangées.
  • Il reconnaît à plusieurs reprises que l’écologie c’est de l’économie ! et c’est tout le modèle économique qu’il faut changer.
  • Quand on lui dit qu’en Allemagne il y a des éoliennes espagnoles qui ont été installées, Lionel ROUCAN répond que c’est l’économie du marché (de la part d’un écologiste c’est fort ndlr.).
  • Quand on évoque qu’on pense que le parc n’est rentable seulement parce qu’EDF rachète l’électricité à un tarif préférentiel, il nous répond que Boralex n’est pas fou, ils savaient ce qu’ils faisaient et rajoute que les élus devraient être plus “accompagnés” face à des promoteurs, donc il reconnaît quelque part la supercherie.
  • Lionel ROUCAN nous dit que pour I’année 2010 la production du parc d’Ally s’élèverait à 176MW (*) (ce qui est honorable). Il a participe personnellement à l’étude d’impact faite sur Ally (il est également Président du comité de pilotage du futur PNR Margeride-Haut-Allier). Nous lui posons la question s’il ne trouve pas çà incompatible avec la présence d’éoliennes et il répond qu’au contraire çà peut être l’occasion d’améliorer les choses.
  • Nous évoquons la pollution de part le va et vient de 3 4×4 pour la maintenance, le transport des grues pour changement de pâles ou autres réparations, le défilé des camions pour le transport de gravats, le ponçage des pâles etc … (poussières de fibres de verre et déchets se r€trouvant sur les cultures) donc émission de co2 ( cela l’a quand même interpellé). Que nous sommes exposés à des risques en cas de tempête ou de foudre.
  • Lionel ROUCAN connaît les résultats de l’étude de bruit qui avait été faite sur Ally, nous lui disons qu’on n’a jamais rien eu là-dessus et que l’on aurait bien aimer la voir !
  • Les éoliennes à proximité des Départementales, c’est pas son problème.
  • Lionel ROUCAN nous apprend également que ce ne sera pas BORALEX pour les éoliennes à venir mais INNOVENT. Il reconnaît que cela ne créer pas d ’emplois locaux.
  • Pour Lionel ROUCAN le démantèlement n’est pas un problème, il y aura toujours des ferrailleurs qui seront interessés.
  • Lionel ROUCAN n’est pas d’accord sur le fait que mettre des éoliennes en mer soit destructeur (des ports entiers ferment car les bancs de poisson se déplacent sur de grandes distances, là encore il compare avec les marées noires
  • Ardes/couze projet bien diffèrent car projet VENDU clé en main pour toucher le pactole tout de suite afin de pallier à la disparition de la Taxe Professionnelle.
  • Volonté générale d’installer un parc là bas selon lui.

Association Ally Mercoeur Vivre en Paix
Le monteil
43380 Ally

(*) Dans ce compte-rendu, une erreur «Roucan nous dit que pour I’année 2010 la production du parc d’Ally s’élèverait à 176MW». Hors, ce n’est pas le bon chiffre. Après plusieurs appels téléphoniques, nous avons compris qu’il ne connaissait pas la production annuelle d’Ally.

[divider_line]
[icon_link style=”download” color=”red” href=”http://www.allier-citoyen.com/wp-content/uploads/2012/01/CR-lionel-roucan-auvergne-eoliennes.pdf” target=”_blank”]Téléchargez le Compte rendu complet en format PDF[/icon_link]
[divider_line]
[icon_link style=”download” color=”red” href=”http://www.allier-citoyen.com/wp-content/uploads/2012/01/lettre-pdt-conseil-regional-auvergne-rene-souchon-.pdf” target=”_blank”]Lettre de réponse de René Souchon, président du Conseil Régional Auvergne[/icon_link]
[divider_line]