Edito : Le désastre humain, économique et technique des énergies renouvelables.

En ce début novembre 2014, la conjugaison de plusieurs évènements met désormais les politiques devant une responsabilité écrasante qu’ils risquent de payer très cher, jusqu’au lynchage. La communication les incitait à séduire les verts et les milieux écologistes en leur agitant sous les yeux des symboles d’énergies renouvelables. Ces milieux écologistes vont sans doute devenir les pires ennemis de la politique de transition énergétique en découvrant qu’on les a trompés et roulés dans la farine à des fins politiciennes. La conclusion de l’accord historique Chine USA (sans l’Europe), la publication du rapport de l’Agence Internationale de l’Energie et la dernière démonstration sur les fluctuations du cours du pétrole ont achevé la démonstration. L’exploitation de ces données en temps réel par les meilleurs spécialistes reconnus lors des Journées de l’Economie à Lyon nous fournit des éléments exceptionnels.[blockquote]Ces milieux écologistes vont sans doute devenir les pires ennemis de la politique de transition énergétique en découvrant qu’on les a trompés et roulés dans la farine à des fins politiciennes. [/blockquote]

La politique subventionnée des énergies renouvelables ne marche pas et permet seulement à quelques spéculateurs de faire fortune rapidement grâce à une communication abondante et facile, car elle joue de façon dramatique avec l’espoir des gens.

Il faut résumer le problème de façon simple. L’épuisement des ressources en énergie n’existe pas car, par exemple, l’augmentation du cours du pétrole a permis de trouver des procédés de substitution abondants qui n’étaient pas intéressants lorsque le pétrole était peu cher. C’est bien là le problème. Le danger est par contre que nous ne pouvons pas rejeter dans l’atmosphère de l’oxyde de carbone à l’infini. Notre fonctionnement actuel excède de quatre fois ce que nous pouvons rejeter sans danger dans l’atmosphère. Le maximum tolérable est de 800 milliards de tonnes et nous allons vers 3000 milliards de tonnes.  Notre consommation d’énergie est en train de nous tuer à petit feu.

Une poignée de spéculateurs se sont emparés de cet enjeu pour communiquer abondamment avec la solution des « énergies renouvelables » en faisant croire à une croissance verte. On sait désormais que ce modèle ne marche pas, et bien pire, qu’il empêche de trouver rapidement la vraie solution aux émissions d’oxyde de carbone. Pourquoi   ? Parce qu’il a mobilisé des fortunes en investissement pour des solutions inefficaces. Tour à tour, l’Allemagne et le royaume Uni, plus engagés historiquement dans cette voie, viennent de le dire. 300 milliards ont été engloutis en Allemagne pour parvenir à un résultat qui atteint à peine 12 % de l’objectif alors que cette somme aurait dû permettre de l’atteindre à 100%. Et ce n’est pas en multipliant les éoliennes à terre ou en mer , ni les panneaux solaires qui vont résoudre le problème. Un panneau solaire même gratuit revient à la société à 25 fois le prix admissible. Non seulement nous ne pouvons nous le payer, mais en plus la solution technique n’est pas à l’échelle et de très loin.[blockquote cite=”Ludovic Grangeon”]300 milliards ont été engloutis en Allemagne pour parvenir à un résultat qui atteint à peine 12 % de l’objectif alors que cette somme aurait dû permettre de l’atteindre à 100%.[/blockquote] 

Au niveau technique, par exemple, le laboratoire des énergies renouvelables d’Edimbourg (Ecosse) a démontré que même en couvrant l’Atlantique d’éoliennes off shore, on atteindrait à peine 30% de l’objectif, et que la fluctuation du vent est le principal obstacle, soit trop, soit pas assez, soit des creux irréguliers. L’installation énorme offshore Bard1 construite en Allemagne est en panne depuis huit mois car elle n’arrive pas à transporter son courant à la côte. La simple exploitation de turbines de Darreus au niveau local et des habitations car elles sont très petites, des galeries de ventilation des immeubles, des piles à combustibles, des stockages pneumatiques et hydrauliques, pèse dix fois la totalité du programme officiel de transition énergétique. Cette gesticulation sombre dans le ridicule ou dans des circuits opaques de compromission.[blockquote cite=”Ludovic Grangeon”]Ces spéculateurs grillent donc notre dernière cartouche pour faire fortune rapidement en jouant avec nos peurs. Cette action est cynique et choquante.[/blockquote] 

Ces spéculateurs grillent donc notre dernière cartouche pour faire fortune rapidement en jouant avec nos peurs. Cette action est cynique et choquante. Au niveau des emplois, ils ont publié de vagues études réalisées par eux-mêmes annonçant des chiffres les plus fantaisistes, nullement vérifiés, y compris par les pouvoirs publics et on se demande pourquoi ou s’il n’existe pas à ce niveau des compromissions inacceptables. Et de plus, ces chiffres d’emplois sont sans commune mesure avec l’enjeu posé. Alors qu’il faudrait 300 000 emplois grâce à de vraies solutions, et elles existent, ils peinent à en annoncer 10 000 et on ne sait même pas s’ils sont temporaires.

Éoliennes : La sécurité du territoire est-elle négociable ?

Un des députés de la Mayenne (1) a profité de l’audition de Ségolène Royal, par la commission spéciale chargée d’examiner le texte relatif à la transition énergétique, pour tenter de faire annuler les zones d’exclusion d’éoliennes demandées par l’armée française notamment dans son département.

L’armée de l’air considère au contraire que les radars militaires ont besoin d’un renforcement du périmètre de sécurité vis à vis des éoliennes et que certains sites sensibles doivent avoir des zones particulièrement protégées. Le Ministère de la Défense a défini aussi des secteurs d’entraînement spécifiques pour les avions militaires « fers de lance » des interventions dans les conflits mondiaux actuels.

Ce député met en avant que : « l’installation de 75 éoliennes dans son département est actuellement bloquée par l’armée Française » et il déclare : « les mesures de sécurité militaire aérienne seraient en passe d’interdire l’implantation d’éoliennes sur 60% du territoire national et compromettre 9 milliards d’euros de fonds privés qui sont actuellement en attente d’investissements, ainsi que nos objectifs en matière d’énergie renouvelables et toute l’économie liée au développement durable et donc à l’emploi »

[blockquote align=”right”]La fédération Environnement Durable rappelle d’abord que les chiffes qu’il annonce sont fantaisistes puisque les éoliennes sont subventionnées par de l’argent public provenant de la taxe CSPE prélevée sur les factures d’électricité des français[/blockquote]

La fédération Environnement Durable rappelle d’abord que les chiffes qu’il annonce sont fantaisistes puisque les éoliennes sont subventionnées par de l’argent public provenant de la taxe CSPE prélevée sur les factures d’électricité des français et que les éoliennes, étant toutes importées du Danemark et d’Allemagne, servent principalement à créer des emplois dans ces pays et non en France.

La Fédération Environnement Durable déclare qu’il ne serait pas acceptable d’affaiblir la défense du territoire français en perturbant les radars, au moment où l’armée française est de plus en plus engagée dans une guerre internationale contre le terrorisme, et doit faire face à des nouvelles technologies d’attaques aériennes particulièrement furtives et redoutables.

(1)Yannick Favennec (UDI)

Les limites techniques de l’éolien, rapport d’EON, leader allemand de l’énergie

Un [icon_link style=”link” color=”green” href=”http://www.allier-citoyen.com/wp-content/uploads/2012/09/EON_Netz.report_2005_e_eng.pdf” target=”_blank”]rapport officiel d’EON[/icon_link], leader allemand de l’énergie, qui apporte des arguments techniques sur la limite de l’éolien et qui annonçait les désordres constatés actuellement.

Ce rapport confirme [icon_link style=”link” color=”green” href=”http://www.senat.fr/themes/documents-energie.html” target=”_blank”]les propos tenus devant la commission d’enquête du Sénat en 2011[/icon_link],

L’enjeu est majeur : si nous voulons développer les énergies renouvelables, il faut disposer, en accompagnement, de moyens de stockage et privilégier la consommation locale. La raison en est simple : en Allemagne, pendant 165 jours par an, il faut arrêter un certain nombre d’éoliennes qui pourraient pourtant produire, parce que le réseau n’est pas suffisamment dimensionné.

La production d’une éolienne, en moyenne journalière de même qu’en moyenne horaire, varie de 0 % à 100 % : pour collecter en permanence la totalité de l’énergie à l’instant où elle est produite, il faudrait dimensionner l’ensemble du réseau en fonction des jours où le vent souffle fort, soit 17 % du temps.

Il est donc impossible de calibrer un réseau pour répondre à de telles exigences. Si l’on dispose d’un moyen de stockage, même partiel, de l’énergie électrique, on peut tirer un bien meilleur parti de l’investissement dans les énergies renouvelables.

Ingénieur Météo dans l’Allier depuis 34 ans, il sort de sa réserve pour avertir les maires du département

Madame, Monsieur le Maire,

J’ai œuvré pendant 34 ans dans le département de l’Allier comme responsable de la Météorologie et de la climatologie. J’ai réalisé avec mes collègues du Centre Météo départemental “l’Atlas Agroclimatique du Bourbonnais”. C’est vous dire si j’ai pu appréhender le climat de notre département. C’est à ce titre que je viens ici vous alerter sur les informations concernant le vent que vous avez ça et là découvert dans la Presse ou dans les notes diverses que vous avez pu avoir en votre possession..

Les mesures de vent dans l’Allier se sont généralisées avec l’installation des stations automatiques dans le département. En effet depuis 1990 Météo-France dont j’étais jusqu’au 1er juin 2012 le responsable départemental, a installé 8 mesures de vent sur le département. (Montluçon-Ville, Montluçon-Domérat, Commentry, Lurcy-Lévis, Montbeugny, St Nicolas des biefs, Vichy,St Didier-en-Donjon). Les mesures dont certaines ont plus de 20 ans sont disponibles, et chacun peut les acquérir. Il n’y a rien de confidentiel.
[blockquote align=”center” cite=”Jean Pierre Sigaud, Ingénieur Météo”]Comme spécialiste du climat du département de l’Allier j’ai appris par moi-même que l’Allier est un des départements les moins venté de France.[/blockquote]
Comme spécialiste du climat du département de l’Allier j’ai appris par moi-même que l’Allier est un des départements les moins venté de France. Et je me suis étonné de voir le nombre important de projets d’installation d’éoliennes industrielles.

Au mois de mars 2012 j’étais présent, bien que je ne fus pas invité à m’exprimer personnellement à la grande réunion sur l’éolien qui s’est tenue au Lycée Agricole de Neuvy en présence de l’autorité préfectorale et du vice-Président du Conseil Régional, ainsi que de nombreux élus. Si certains d’entre-vous étaient là, ils peuvent en témoigner, je suis intervenu pour affirmer que les résultats de l’étude commandée par l’ADEME sur le potentiel éolien étaient très loin de la réalité. Que cette étude n’avait pas été validé par des contrôles sur le terrain. J’ai cité la contre étude * de Francis Lesage-Catel sur le vent dans l’Allier (étude dont j’approuve la démarche et les résultats) qui montre l’exagération du potentiel éolien qui est utilisé pour inclure la quasi totalité des communes de notre département dans la possible installation d’éoliennes industrielles … Les rendements promis par l’étude étant très largement supérieurs aux rendements que l’on peut espérer réellement .

Dans l’Allier on peut compter en réalité sur un rendement entre 5% le plus généralement et 10% en Montagne bourbonnaise. On est loin des 20% annoncé lors de cette réunion départementale.
De plus j’ai été ulcéré de voir que le journal La Montagne rapportait dans son article en titre ” l’Allier un département riche en vent“. Sans noter mes remarques publiques, à aucun moment. Riche en absence de vent oui ! Est-ce de la désinformation ? On est en droit de se poser la question.

Jusqu’à présent j’avais un devoir de réserve et ne pouvais m’exprimer librement. Ce qui n’est plus le cas maintenant.
Un conseil, ne vous laissez pas abuser. Et surtout ne laissez pas le département de l’Allier se miter d’éoliennes industrielles pour un rendement ridicule.

Recevez, Madame, Monsieur le Maire, mes sincères salutations.

Jean-Pierre Sigaud

Ingénieur Météo pendant 34 ans dans le département de l’Allier

*Je vous recommande de lire l’étude de Francis Lesage-Catel qui est disponible sur le site d’Allier-Citoyen ; voir lien ci-dessous:
[icon_link style=”link” color=”green” href=”http://www.allier-citoyen.com/les-etudes/etude-le-vent-dans-lallier/” target=”_blank”]http://www.allier-citoyen.com/les-etudes/etude-le-vent-dans-lallier/[/icon_link]

Nouvelle plainte contre les éoliennes

Madame Dault porte plainte contre les promoteurs éoliens à cause du bruit généré par les machines. Voici quelques éléments fournis directement par cette riveraine à notre Collectif :

Bonjour,
Opérée d’otospongiose ,j’ai de graves soucis de santé depuis le fonctionnement d’un parc éolien de 14 machines à 500 600m pour les 2 plus proches. Je perçois les infrasons par voie osseuse ,je ne peux me protéger dans aucune pièce de mon habitation malgré « l’insonorisation « de notre chambre par Volkswind (le promoteur éolien du parc) j’entends toujours les éoliennes.
Ils m’avaient préalablement proposé une indemnisation de 3000€ contre mon silence (j’ai le document).Une personne en location a déménagé.
Depuis un an ,alors que je suis mariée et maman ,je ne dors plus chez moi mais à 5 kms de mon habitation (préjudices familiaux ,personnels,médicaux ,financiers …). L’ARS ,le sous-préfet ,le responsable allemand de volkswind sont venus chez moi…). Des agriculteurs ayant 2 éoliennes dans leur champ ont écrit au procureur de la république pour se plaindre …

Les éoliennes de la montagne bourbonnaise en rade : le courant coupé et le pays dans le noir.

Des consignes de silence entourent la grave panne des éoliennes du Chemin de la ligue, en face du village de La Chabanne en Montagne Bourbonnaise, qui va durer plus d’un mois selon les estimations de certains techniciens rencontrés sur place alors que les autorités locales parlaient de 48 h.

Le pays entier de la Montagne Bourbonnaise a été plongé brutalement dans le noir à deux reprises cette semaine, panne générale provoquée par les éoliennes. Depuis, les huit éoliennes du chemin de la Ligue en Allier restent immobiles à l’arrêt et dans le noir sans aucune explication. Elles n’ont même plus de balises lumineuses, ce qui oblige sans doute les avions à détourner leur route pour cause de sécurité, et aussi qu’elles n’ont aucun dispositif de secours.

Cette panne est d’autant plus bizarre qu’il n’y a pas spécialement de vent en ce moment, qu’elles étaient donc loin de tourner à plein régime, et que l’incident est survenu à chaque fois dans la soirée, sans surveillance locale puisqu’il n’y a personne sur place pour surveiller cette installation, pas même un technicien.

Personne n’est capable de fournir une explication et aucun dispositif d’urgence n’est en place, ce qui fait frémir en cas d’accident encore plus grave. D’ailleurs, aucune démarche n’a été engagée pour mettre ce site en conformité classé en installation soumise à la procédure ICPE, comme la loi le prévoit, et ainsi que le syndicat professionnel de l’énergie renouvelable le rappelle à ses membres. Il n’existe même pas de numéro de téléphone diffusé chez les riverains en cas de problème.
Il semblerait que des câbles ont fondu, et que le poste transformateur EDF a de ce fait été endommagé, ce qui laisse prévoir, si cette hypothèse se confirme, une bataille entre le promoteur privé et EDF, tout cela aux frais du contribuable.

Il est vrai que ce grave incident tombe mal juste avant le congrès des promoteurs éoliens qui doit se tenir bientôt et dans le cadre de la promotion de cet outil dans les schémas régionaux en cours. Cette opération avait été présentée comme la « Rolls Royce » des éoliennes . Le passage des réseaux électriques s’est fait de force en Montagne Bourbonnaise malgré les inquiétudes de certains maires, notamment celui de Lavoine, alors que les services de l’Etat lui ont assuré qu’un incident était impossible et que toutes les mesures de sécurité étaient prises …

Il confirme ce que les techniciens d’ERDF disent depuis longtemps : que c’est un non-sens de mettre des éoliennes loin des villes alors que toute l’électricité est dissipée en chaleur dans les kilomètres de réseaux qu’il faut tirer pour les alimenter.

Pendant ce temps, on s’éclaire comment ?
[divider_line]
[note]Malgré les demandes répétées faites auprès de cette société depuis plus d’un an, les promoteurs du chemin de la Ligue sont réfugiés dans le noir total et restent totalement invisibles. Le tribunal de commerce de Caen a confirmé qu’aucun compte n’était publié à part 1000 euros depuis 2006 alors que la presse a parlé d’une opération de 30 millions d’euros ????

Excédé par cette attitude, le Maire de Lavoine, Vice Président de la Communauté de Communes de la Montagne Bourbonnaise a saisi le Procureur de la République de Caen, siège où cette société a récemment déménagé, pour être plus loin encore de l’Allier ?
Après Peyrelevade en redressement judiciaire et Ally Mercoeur et ses mises en examen pour prise illégale d’intérêt, est-ce le début d’une troisième affaire d’éoliennes dans le Massif Central, où il n’y a pas de vent ?[/note]

[styled_table width=”100%”]
Cliquez pour lire l’intégralité du courrier
courrier maire Lavoine éolien
[/styled_table]