Début 2013 : La prochaine bulle financière sera éolienne et il n’en restera que du vent

Les récents documents de la Cour des Comptes insistent sur des dépassements importants de dépenses et sur l’irrégularité de la CSPE qui est un impôt placé hors contrôle du Parlement(page 8 du Rapport).
Les dérapages du financement de l’éolien pour des résultats catastrophiques et des sociétés en mauvaise santé financière montrent à quel point cette filière devient absurde. La situation financière des États condamne ce système aux USA, au Royaume Uni, en Inde, en Espagne, au Portugal, en Allemagne, et en France, en attendant les autres.

Les démarches alarmistes de la filière éolienne française scient sa propre branche pour trois raisons. Elles montrent son profond désarroi et le fait qu’elle n’est pas viable sans financement par le contribuable, alors qu’on nous promettait l’inverse depuis cinq ans. La filière française s’appuie exclusivement sur la technologie dépassée et inadaptée des grandes éoliennes tripales. c’est comme si l’informatique reposait aujourd’hui sur le minitel, ou l’audiovisuel sur des télés noir et blanc.

Les “puissances” annoncées sont fausses. Une éolienne ne produit réellement sur un an qu’à peine 20% de sa puissance installée et le plus souvent sans rapport avec les périodes de pointe. (statistiques officielles ERDF) c’est tromper l’opinion que de faire croire à un pourcentage d’énergies renouvelables en réalité cinq fois inférieur. Les éoliennes en France vivent plus de la défiscalisation et des certificats carbone que de la production de courant.

Le secteur est en très mauvaise santé financière. il suffit de regarder la valorisation des sociétés pour voir qu’elles ont toutes chuté depuis 18 mois de 40 à 85% de leur valeur (Vestas, Nordex, Suzlon, EDP, Enercon, etc…). les leaders mondiaux en sont à plusieurs plans de licenciements drastiques par autant de milliers d’emplois qu’on annonçait soi disant de création d’emplois il y a à peine quelques mois. Les réseaux de lignes électriques ne tiennent pas avec des pertes de transport énormes jusqu’à 25% puisqu’elles sont souvent installées dans des zones reculées, très éloignées de la consommation.

La prochaine bulle sera éolienne et il n’en restera que du vent. La suppression désormais inéluctable des PTC(subventions publiques et fiscales) aux USA va sans doute provoquer la rupture après les élections, car ce système représentait à lui seul près de la moitié des débouchés mondiaux. Les entreprises chinoises rachètent des filières éoliennes principalement pour bénéficier du trafic de certificats carbone qui leur permet de maintenir et même de construire d’énormes centrales charbon !!!

[blockquote align=”center”]véritables veaux sous la mère fiscale[/blockquote]

Le Royaume Uni a programmé le désengagement éolien à compter de 2014 qui lui fera gagner 35 milliards £. Il faut donc s’attendre à une dégradation très importante de ce secteur au premier trimestre 2013 et à l’arrivée de nouveaux acteurs beaucoup plus performants que les opérateurs actuels, “véritables veaux sous la mère fiscale”. Déjà de nouvelles opérations éoliennes modernes voient le jour de façon rentable, sans corruption, sans fiscalité, et avec des performances techniques bien meilleures, sans dégrader les paysages, et en produisant réellement de l’électricité. L’espoir des énergies renouvelables est là.

[icon_link style=”user” color=”green” href=”http://www.allier-citoyen.com/les-etudes/dossier-economique-fiscal-des-eoliennes/” target=”_blank”]Ludovic Grangeon[/icon_link]

Sources : [icon_link style=”link” color=”red” href=”http://www.allier-citoyen.com/wp-content/uploads/2012/09/rapport+_contribution_service-public_electricite.pdf” target=”_blank”]La contribution au service public de l’électricité (CSPE) : Suites données aux observations de la Cour dans le rapport public 2011[/icon_link]
[icon_link style=”link” color=”red” href=”http://www.allier-citoyen.com/wp-content/uploads/2012/09/Synthese_grenelle_environnement.pdf” target=”_blank”]Synthèse du référé n° 2011-474-3 du 3 novembre 2011 sur L’impact budgétaire et fiscal du Grenelle de l’environnement[/icon_link]

Il faudra bien que quelqu’un paie la “fiesta verte”

Le géant espagnol de l’électricité Iberdrola prévoit une autre bulle.

Le président d’Iberdrola, Ignacio Sánchez Galán, a déclaré jeudi qu’il fallait freiner le développement de l’énergie thermosolaire en Espagne, parce qu’elle est “économiquement non-viable”. Il met en garde contre cette technologie immature qui risque de créer “une nouvelle bulle” similaire à celle de l’énergie photovoltaïque, avec un coût pour les consommateurs espagnols de 2 milliards d’euros par an (1).

“Quelqu’un doit payer pour la fiesta verde”, a-t-il déclaré lors d’une conférence devant une audience d’analystes. Il ajouta que tout l’argent public dépensé pour supporter les technologies vertes “fait que le mégawatt/heure espagnol est le plus cher de toute l’Europe”.

La Plateforme européenne contre l’éolien industriel (EPAW www.epaw.org) réagit à ceci en disant que, tout comme la Grèce, l’Espagne continue à dépenser en projets énergétiques non rentables de l’argent qu’elle n’a pas. Astucieusement, son gouvernement a mis hors budget le déficit attribuable à l’énergie verte, les 22 milliards d’euros du “deficit tarifario” (1). Mais il lui est néanmoins nécessaire de le financer. EPAW a appris qu’il avait demandé aux Saoudiens de le faire, mais aucun détail n’a été publié au sujet de garantie souveraine ou autre caution.

“Ce qui est le plus inquiétant c’est le manque de transparence”, dit Mark Duchamp, le Directeur Général d’EPAW. Quelle sorte de marché a été offert aux Saoudiens, demande-t-il ? Comme pour les Chinois, auxquels l’Union Européenne a proposé de financer le “Fonds européen de stabilité financière” – la bouée de sauvetage de l’euro – il est peu probable qu’ils prêtent des milliards sans gages concrets, ou sans bénéfices collatéraux importants. Ils ont vu les banques françaises et allemandes avaler des couleuvres avec la dette grecque, qui ne vaut plus pour elles que 50% de sa valeur nominale. “Que va-t-on donc offrir en gage ?” se demande Duchamp. “Après avoir vendu nos meubles pour couvrir des décades de déficits publics, est-ce que les gouvernements vont maintenant hypothéquer la maison européenne pour pouvoir continuer à gaspiller de l’argent que l’on n’a pas sur des énergies renouvelables non rentables ?”

EPAW a obtenu une preuve scientifique de grand intérêt: il semblerait que “la plus mature” des technologies dites vertes, l’éolien industriel, n’économise pas vraiment sur les émissions de C02 et les importations de combustibles fossiles. “On en reparlera la semaine prochaine”, ajoute Duchamp.

La Plateforme nord-américaine contre l’éolien industriel (NA-PAW www.na-paw.org) abonde dans le même sens. Selon son Directeur Général, Sherri Lange, “les Etats-Unis et le Canada suivent le modèle européen. Il serait plus intelligent d’observer et d’apprendre, au lieu de se joindre aux lemmings qui marchent vers le précipice.”

COMMUNIQUÉ DE PRESSE de l’EPAW (European Plateform Against Windfarm)
30 octobre 2011

Contacts :

Mark Duchamp
Directeur général, EPAW
www.epaw.org
Tél. 34 693 643 736 (Espagne)
save.the.eagles@gmail.com

Sherri Lange
Directeur général, NA-PAW
www.na-paw.org
Tél. 1 416 567 5115 (Canada)
kodaisl@rogers.com

(1) Références :
http://www.expansion.com/accesible/2011/10/27/empresasenergia/1319711373.html
http://www.noticias.com/sanchez-galan-pide-cambiar-el-insostenible-modelo-energetico-espanol.1393134

Monsieur Sarkozy, Monsieur Hollande …

Monsieur Sarkozy, Monsieur Hollande,

Face à la crise et aux effets d’annonce, ne cherchez plus ! On a trouvé 6 milliards d’économie tout de suite sans les prendre dans la poche des contribuables et sans léser personne, simplement en réparant une injustice. Arrêtez le massacre. Stoppez tout de suite la niche fiscale la plus injuste de toutes. Même les « Sages » de la Haute Autorité de l’Énergie le disent.

Achetez simplement l’électricité au prix normal, celui que les consommateurs paient sur leur facture et qui est déjà très confortable. Vous prouverez que l’énergie renouvelable peut être compétitive au lieu d ‘être subventionnée comme il y a 20 ans. Les mystérieux promoteurs éoliens fabriquent beaucoup plus de finance que d’électricité. Leurs sociétés ne publient pas leurs comptes, tellement elles gagnent d’argent. Alors qu’ils fanfaronnaient à Paris l’année dernière, ils vont cacher leur congrès à Dijon en faisant entrer la Ministre en cachette par la porte de service, face à quelques dizaines de personnes très calmes qui avaient donc des arguments bien forts pour ne pas oser les rencontrer, surtout avec les affaires de dissimulation et de corruption de plus en plus nombreuses.

Une opération éolienne sur deux a été l’objet de poursuites judiciaires, et il y a encore près de 40 % en recours. De nouveaux éléments et témoignages sortent chaque jour, sans compter les escroqueries à la taxe carbone grâce aux éoliennes sur lesquelles plusieurs enquêtes sont en cours. Existe-t-il un risque de voir un jour la Cour de Justice de la République s’intéresser aux conditions de signature de l’arrêté du 17 novembre 2008 devant tant de cachotteries ?

Ne laissez pas des millions de contribuables modestes payer, par la CSP sur leur facture d’électricité, un chèque qui va directement dans la poche de gens très riches qui doublent encore leur fortune grâce à eux. La CSP est une TVA supplémentaire déguisée qui frappe les plus pauvres pour respecter des promesses que personne n’a pu mesurer ni tenir. Dès l’année prochaine, la CSP va coûter autant que le trou de la Sécurité Sociale. Nous n’en avons plus les moyens avec la dette. Tout le monde le sait désormais.
Sur l’éolien, les mirages de l’utopie de Grenelle ont surtout été une machination politicienne destinée à endormir les milieux écologistes, et qui n’a rien réglé , bien au contraire. Les promesses imaginées dans une nuit de négociation se révèlent irréalistes en plein jour. Le gâchis est encore plus important car il va falloir en plus financer et construire des centrales à gaz pour fournir l’électricité pendant que les éoliennes ne tournent pas … et elles ne tournent que 22% de l’année !… Bien entendu, ce prix n’est pas compris dans la CSP qui achète déjà l’électricité trois fois le prix normal. Les promoteurs éoliens ont parfaitement les moyens de financer ces centrales à trois fois moins cher. On imagine mieux l’argent qu’ils gagnent en catimini ! Déjà plusieurs centrales de ce type sont sorties de terre. Au fait ? qui parle de bilan carbone du secteur éolien ?

Non seulement vous gagnerez chaque année 6 milliards, mais vous regagnerez plusieurs milliers d’hectares de terre agricole qui ne seront pas stérilisés, et aussi les itinéraires de migration des animaux et des oiseaux qui commencent à être fortement perturbés sur tout le territoire français, les équipements touristiques, les hôtels les restaurants qui n’attirent pas le touriste avec des vues sur des machines bruyantes, et même en mer, vous éviterez la mort d’un certain nombre de baleines, comme on vient de le voir, mais aussi de dauphins, la perte de bancs de poissons exploités depuis des siècles, sans parler de l’échouage de plusieurs bateaux dans la zone de trafic maritime la plus dense du monde. Commandant Cousteau ? Où est tu ? Vous favoriserez enfin en France la véritable création des emplois d’une filière industrielle compétitive qui a été détournée par les magouilles fiscales d’obscurs promoteurs éoliens dont beaucoup sont des officines n’ayant que peu de rapport avec cette industrie. Le secteur éolien est aujourd’hui aux mains des traders. Même des grands groupes comme Total, GDF ou Suez le disent par leurs PDG et abandonnent les filières éoliennes actuelles pour éviter des voisins gênants.

Les promoteurs éoliens sont simplement intéressés à planter des éoliennes. N’importe où, y compris là où il n’y a pas de vent. Dès qu’ils ont planté une seule éolienne, ils ont déjà gagné plusieurs millions d’euros, même si elle ne tourne pas. Certains ont probablement empoché des rétro commissions à l’étranger comme dans les contrats d’armement les plus sordides, car on ne voit curieusement jamais les factures d’éoliennes, achetées à 95% à l’étranger au pays d’Airbus et du TGV. Ils ont aussi reçu un gros chèque de l’Etat en remboursement d’impôt financé par le contribuable souvent le plus modeste, celui qui paie moins de 1000 euros par an. Et enfin ils sont assurés de recevoir une rente annuelle de plus de dix ans, qu’il y ait du vent ou non, payée par tous les Français sur leur facture d’électricité. La CSP va tripler l’année prochaine, puisque le déficit de cette facture est déjà de plus de 3 milliards cette année et qu’il va encore doubler pour dix ans. La facture va être reportée au lendemain des présidentielles mais cette fois-ci les citoyens ne resteront pas endormis ou fatalistes et le réveil risque d’être brutal.

[icon_link style=”globe” color=”green” href=”http://www.allier-citoyen.com/les-etudes/dossier-economique-fiscal-des-eoliennes/” target=”_blank”]Ludovic Grangeon[/icon_link]