4 nouvelles certitudes sur les éoliennes par Ludovic Grangeon

Bonjour à tous,

Commençons l’année 2012 par des actes plutôt que par des vœux …
[blockquote align=”center” cite=”Blaise Pascal”]« Ainsi, nous ne vivons jamais, nous espérons de vivre; et, nous disposant toujours à être heureux, il est inévitable que nous ne le soyons jamais. » [/blockquote]

4 nouvelles certitudes sur les éoliennes à diffuser largement

  • 1) Le chiffre de « production moyenne » de 22 % annoncé par le syndicat professionnel Syndicat des Energies Renouvelables (SER) est erroné et trompeur, alors qu’il semble déjà très faible. (une centrale électrique assure 98%).
  • 2) A partir des rapports de KPMG et du John Muir Trust fournis au Premier Ministre Britannique, qui ont motivé « l’appel des 5000 » en décembre, et à présent avec l’analyse 1/4h par 1/4h depuis plusieurs années sur l’ensemble du parc allemand d’éoliennes qui fait cinq fois le parc français, on sait désormais avec certitude que la totalité du parc éolien français ne peut pas dépasser au mieux 10% de sa puissance pendant la moitié de l’année.
  • 3) En termes statistiques pour les forts en maths, ceci veut simplement dire que la médiane du parc éolien est de 10% alors que sa moyenne annoncée est de 22%. Ceci signifie donc également que la production est faible et fortement déséquilibrée. Dans les régions intérieures, ce chiffre est sans doute encore plus bas … On parle souvent de 7 %.
  • 4) Ceci veut dire que chaque fois qu’on annonce une puissance installée ou un nombre de foyers desservis en électricité, seulement 10% maximum de ce chiffre seront atteints 6 mois sur 12 … et donc le maximum le restant de l’année ne sera jamais supérieur à 30% de la puissance ou des foyers théoriquement desservis …

CONCLUSION

Pour ceux qui ont du mal avec les mesures, rappelons qu’1 MW= 1000 kW et que le branchement maximum du compteur d’un logement est entre 6 et 12 kW la plupart du temps (voir sur votre disjoncteur et facture).

Lorsqu’on annonce une opération de 8 éoliennes de 2 MW, cette opération ne fournira au mieux que 1.6 MW la moitié de l’année et à peine 5 MW le restant de l’année, tout cela pour un tarif facturé au double, ce qui est monstrueux et totalement anti économique.

En termes de foyers desservis, ceci veut dire qu’une éolienne de 2 MW et 140 m de haut est incapable de desservir à peine plus de 20 à 30 maisons pendant la moitié de l’année, pour un coût unitaire facturé de 2 millions € !

Sur les 6 mois restants de l’année, à peine 80 à 100 logements seront desservis, (pas tous les jours), et parmi ces 100 logements, seuls 15 seront à peu près assurés d’avoir du courant 80 % du temps … et peut-être au moment où ils ne seront pas à leur domicile.

On dépense et défiscalise 2 millions € pour fournir à double tarif de l’électricité à 60 personnes et sans certitude pour les centaines d’autres … en demandant au contribuable et à EDF de payer tout le reste, en gagnant un rendement de 10% minimum sans risque, et sans dédommager la collectivité de tous les dégâts causés (milliers de tonnes de béton dans le sol, paysage, bruit, perturbations réseau etc …).

Qu’il soit rendu hommage au travail de Jean-Paul Rabelliau, vice-président de l’Adermob, qui a procédé à l’analyse de l’ensemble des auditions pour trouver ce passage, ce qui représente un travail considérable.

Le Sénat a procédé à l’audition à propos des voies de recherche sur les énergies renouvelables le 6 décembre 2011 dernier. Il convient de souligner que désormais le Commissariat Energie Atomique (CEA) a changé de nom et investit plus sur les énergies renouvelables que sur le nucléaire, ce qui fera taire les contradicteurs de mauvaise foi ou certains écologistes qui souvent méconnaissent leurs dossiers, comme par exemple le Vice-Président de la région Auvergne, qui sait à peine ce qu’est une éolienne.

Vous pourrez trouver ci-dessous le passage en question de l’intervention au Sénat et de la source ici

Ce passage confirme ce que nous avons déjà pressenti de façon moins précise à partir de l’analyse détaillée de l’expérience allemande depuis plusieurs années. Il confirme aussi qu’il existe des voies bien plus prometteuses d’énergies renouvelables en train d’être développées (piles à combustibles, stockage, extraction biomasse), alors que les ressources de plus en plus rares vont bêtement spéculer sur la défiscalisation des éoliennes.

Sympathies à tous,

Ludovic GRANGEON
Président Adermob