Élections régionales 2015 en Auvergne : Lettre aux BOURBONNAIS

Savez-vous que le schéma de développement éolien de la région Auvergne, donne compatible à l’implantation d’éoliennes 92% de notre territoire, l’Allier et toute l’Auvergne également.
Des éoliennes partout dans les champs et pas en ville, ce qui explique, par ailleurs, qu’une majorité de français soit favorable à cette énergie.

On pourrait ne rien dire sur le sujet, bref, laisser faire. Mais, il y en a ras le bol du laisser faire

La fin des énergies fossiles tant de fois annoncées, finira par arriver. Alors vive les énergies nouvelles, dites renouvelables « solaire et éolien» ! Hélas! Intermittentes et trop subventionnées, elles ne règlent en rien la fin des énergies fossiles, tant et si bien que l’on va à la recherche d’encore plus d’énergies fossiles avec le gaz de schiste, et que pour pallier leur intermittence, en Europe, on relance de vieilles centrales à charbon ou pire encore, on en construit des neuves, sans oublier les centrales à gaz !
Alors que l’on veut réduire les gaz à effet de serre, on augmente la production charbonnière en Allemagne … Bref, toujours plus de pollution.

Ni les verts, ni toutes les classes politiques n’ont su résoudre le problème. Pourtant en écrasant des monopoles, et en développant la recherche, nous devrions y parvenir.

Laisser faire le développement de l’énergie renouvelable solaire et éolien, à quel prix ? Au prix du tellement plus cher, mais aussi de la dégradation de notre santé par l’exposition aux infrasons dont on préfère nier la nocivité.
Je ne vous parle pas non plus de cette France défigurée, avec ses plus beaux paysages complètement anéantis.

Laisser faire au détriment de la recherche, les très fortes subventions accordées, ont attiré des profiteurs, et nos élus les ont laissé prendre possession du domaine. Ainsi les éoliennes, avec des hauteurs vertigineuses, se dressent partout, sans emporter l’adhésion de nombreux riverains et ne sont rentables que pour les promoteurs en raison du scandaleux tarif d’achat obligatoire (le double du prix du marché de l’énergie). Et certains de ces élus n’ont aucun scrupule à modifier les lois pour encore en mettre un peu plus.

Laisser faire à tel point que l’on va bientôt ne plus vous demander notre avis.Il est grand temps que chacun réagisse.

Laisser faire la construction d’éoliennes à moins de 1000 mètres des habitations (500 mètres en France), alors que des rapports d’éminents spécialistes les signalent comme dangereuses, en raison des infrasons émis et demandent leur implantation à 1000 mètres, voire plus. C’est tout simplement scandaleux.
Alors que l’on peut donner plus de travail à nos entreprises, en économisant l’énergie, tout simplement en améliorant l’isolation des habitations.

Alors Bourbonnais, pour ne plus laisser faire, c’est maintenant qu’il faut user de la démocratie en allant voter aux élections régionales pour un candidat qui s’opposera à l’éolien, (mais attention aux promesses de campagne électorale !).
Et si vous n’avez pas confiance, déposez dans l’urne un bulletin : « NON AUX EOLIENNES » Certes votre vote sera nul, mais le message sera passé…

Eole RES : un promoteur éolien de plus rôde en Auvergne

Eole RES est une société basée aux Brotteaux à Lyon, dont le siège est à Avignon elles comporte de nombreuses ramifications internationales.
Selon son site, elle communique amplement sur son image de société tournée vers le développement durable, s’insère dans des projets culturels régionaux ; films, événements comme le Téléthon, dessins animés pour les enfants, et sponsorise des régions ou des ONG … De quoi faire rêver les plus naïfs !
Elle a déjà démarché des propriétaires sur Chausseterre et St-Priest-la-Prugne.

A surveiller !

Parc éolien du Pays d’Huriel (Allier, Auvergne) : victoire des habitants et sévère sanction du juge administratif contre le commissaire enquêteur.

Après cinq ans d’un long et difficile combat, l’association “Eoliennes s’en naît trop” du pays d’Huriel vient d’obtenir de la cour administrative de Lyon un jugement sanctionnant sévèrement les acteurs institutionnels du projet.

En effet le jugement rendu le 28 octobre 2014 sanctionne sévèrement le Commissaire Enquêteur pour Méconnaissance de l’article R.123-22 du Code de l’Environnement, qui n’a pas respecté son obligation d’examen des observations recueillies au cours de l’enquête publique et sa motivation insuffisante de l’avis favorable qu’il a émis sur le projet.

Le juge a également annulé le jugement du tribunal administratif de Clermont-Ferrand du 28 juin 2013 ainsi que les huit permis de construire délivrés le 12 janvier 2012 à la société MSE La Tombelle (sur les onze au total). Il a en outre condamné l’Etat à verser à l’association une somme de 1.500 euros sur le fondement de l’article L. 761-1 du code de justice administrative.

Petit rappel: Au départ, MSE La Tombelle (Maîa Eolis) avait déposé 11 permis de construire, un parc de 9 éoliennes + 2 postes de livraison.
Le préfet de Région avait accordé 8 permis le 12 janvier 2012 et refusé 3 permis. Ces 3 permis ont été ré accordé par le préfet de l’Allier le 3 septembre 2013 suite au jugement du TA de Clermont-Ferrand. Et l’association “Eoliennes s’en naît trop” a donc dû déposé aussi un recours contentieux au TA de Clermont-Ferrand pour les éoliennes E1, E2, E3, recours qui est toujours en instruction.

C’est une victoire, mais le combat est loin d’être fini. MSE La Tombelle (MAÏA EOLIS) a encore la possibilité de déposé une requête devant le Conseil d’Etat.

Par ailleurs, les communes voisines sont de nouveaux menacées, et une enquête publique a lieu en ce moment pour un parc de 8 éoliennes sur les communes de Quinssaines et Viersat.

[gview file=”http://www.allier-citoyen.com/wp-content/uploads/2014/11/ep_viersat_quinssaines_141009.pdf”]

Bruit des éoliennes : faille dans les études d’impact

La récente décision de justice concernant le permis de construire du parc éolien de Chazemais (Allier, Auvergne) fait jurisprudence sur la nécessité pour les promoteurs de procéder à une analyse des émergences sonores des éoliennes par tranches de fréquences (ce qu’ils ne font jamais).

Ci dessous les arrêtés du Tribunal Administratif de Clermont Ferrand et de la cour Administrative d’Appel de Lyon aboutissant à cette jurisprudence, ainsi qu’une note “Contribution du Ministère de l’Ecologie et du Développement Durable : la problématique du bruit des éoliennes” :

[divider_line]
[gview file=”http://www.allier-citoyen.com/wp-content/uploads/2014/10/2012-03-27_Jugement-A-Clermont-Ferrand.pdf”]
[divider_line]
[gview file=”http://www.allier-citoyen.com/wp-content/uploads/2014/10/2012-12-18_Jugement-Cour-dAppel-de-Lyon.pdf”]
[divider_line]
[gview file=”http://www.allier-citoyen.com/wp-content/uploads/2014/10/2007-01-09_Laerm_MEDDAAT_Contribution.pdf”]