Schéma éolien de la Loire : Le coup de force

Par 11 voix, dont celle de la Frapna , contre 5, la « Commission départementale de la nature, du paysage et des sites » vient de donner un « avis défavorable » au « Schéma régional du climat, de l’air et de l’ énergie » et donc à son volet consacré à l’éolien.

Ce document co-signé par le Préfet et le Président de la région annonce les secteurs géographiques et les programmes concernant cette industrie. Il a été précédé de textes ministériels indiquant qu’il devait « prendre en compte la préservation de l’environnement et du patrimoine et le respect des règles de protection des espaces naturels ainsi que du patrimoine naturel et culturel, des ensembles
paysagers […]
».

On était donc en droit de s’attendre à une sélection de quelques sites livrés à une industrie et à la sauvegarde de nos espaces naturels et culturels. Or que découvre t on ? 92 % des communes de Rhône-Alpes sont déclarées favorables à l’éolien. Pire, dans la Loire ce sont près de 95 % des communes ainsi classées ! On voit l’ampleur du désastre annoncé.
Comment comprendre que les critères officiels aboutissent à livrer tout un département à une industrie dont on constate tous les jours qu’elle fait naître indignation et protestations sur son passage ? Ainsi à Gumières, où 210 signatures, pour une population de 319 habitants, s’opposent à un projet porté par le maire.

Le « schéma » prévoit pour 2020, dans notre seul département, de 150 à 200 machines de 150 m de haut, et autant encore dans les années à venir. Tout notre territoire se trouve menacé : les Monts de la Madeleine déjà objets d’une ZDE approuvée, mais aussi les abords immédiats des Hautes-Chaumes, les gorges de la Loire, les coteaux de St-Bonnet-le-Château et la vue de sa Collégiale, le Pilat, qui a accepté de livrer la forêt de Taillard aux éoliennes, etc. Toutes les contraintes réglementaires, Zones natura 2000, ZNIEFF, paysages remarquables de l’Atlas départemental, sites inscrits ou même classés, le PNR du Pilat, etc. se voient écartées de l’analyse critique.

[blockquote align=”right”]Toutes les contraintes réglementaires : Zones natura 2000, ZNIEFF, paysages remarquables de l’Atlas départemental, sites inscrits ou même classés, le PNR du Pilat, etc. se voient écartées de l’analyse critique.[/blockquote]

Ce programme n’a même pas l’excuse d’une production significative car ce ne sont pas 200 mais 2 000 éoliennes de 150 m qu’il faudrait pour remplacer, non une centrale, mais UN réacteur nucléaire. On se prépare à saccager un département pour un résultat dérisoire. Tel est le résultat d’une démarche politicienne, appuyée par une fraction naïve de l’écologie à qui la mascarade du Grenelle n’a pas servi de leçon. Pouvait-on croire un instant que les affairistes de l’éolien limiteraient leurs ambitions à quelques sites ? Protester aujourd’hui c’est ouvrir bien tar- divement les yeux. Nous avions malheureusement raison trop tôt en annonçant le sort réservé à la nature. Car que reste-il comme défense contre ce vandalisme ? Rien ou presque. Certes les éoliennes sont tenues à l’écart des aérodromes, et à 500 m des habitations, bien rares en zones naturelles. En réalité, tout va être soumis aux calculs des maires et des propriétaires fonciers, aux intérêts financiers du lobby.

L’avis des commissions (des Sites par exemple) reste consultatif, le Schéma s’impose. En fin de parcours le préfet décidera seul. Espérons qu’il saura prendre la défense de notre cadre de vie. La Région « fait confiance aux aménageurs pour mettre en place des solutions locales raisonnables ». Ce discours relève ou de l’intoxication ou de la candeur. Les promoteurs éoliens trouvent infiniment plus de charme au tableau de leurs béné- fices annuels (300 000 €/an/machine) qu’à tous les paysages ou à tous les Nymphéas de Claude Monet. Inutile d’en attendre la moindre retenue.

Laissons le mot de la fin à F. Mitterand, ministre de la Culture : « Je sillonne très régulièrement et très fréquemment la France, je suis souvent inquiet de voir à quel point notre cadre de vie se dégrade […] par le biais de champs d’éoliennes anarchiques visibles à des kilomètres à la ronde ». Puisse-t-il être entendu, avant qu’il ne soit trop tard . [blockquote cite=”Frederic Mitterand, ministre de la culture”]Je sillonne très régulièrement et très fréquemment la France, je suis souvent inquiet de voir à quel point notre cadre de vie se dégrade […] par le biais de champs d’éoliennes anarchiques visibles à des kilomètres à la ronde [/blockquote]

Ph. Peyroche /CDNPS Loire
Association Vent Du Haut Forez
04 77 24 87 05
http://vent.du.haut.forez.free.fr
texte paru dans “Nature-Loire” journal de la [icon_link style=”globe” color=”green” href=”http://www.frapna-loire.org/” target=”_blank”]FRAPNA / Loire[/icon_link]