Une nouvelle centrale biomasse à cogénération à Commentry dans l’Allier

C’est une bonne nouvelle. Areva va installer une de ces centrales à biomasse à Commentry dans l’Allier, et qui aura la particularité d’être à co-génération. C’est à dire qu’elle produit à la fois de la chaleur et de l’électricité.
Ce projet est porté à quasi 50/50 pas l’état (Caisse des dépôts) et par Neoen, groupe spécialisé dans l’énergie, et devrait également servir de fournisseur de vapeur à la société Adisseo, firme locale du secteur de la nutrition animale. il est prévu pour un lancement en 2015.

Près de 60 millions d’euros seront investis pour une production de chaleur de 15 MWh, de 100 MWh d’électricité. Le projet espère créer 15 emplois sur le site et une centaine de façon indirect pour produire, entre autre, les 150 000 tonnes de matière nécessaire au fonctionnement de la centrale.

Nous ne pouvons que nous féliciter de ce type de projets qui ont un rendement fixe et très élevé par rapport aux éoliennes qui sont entrain de saccager les monts d’Auvergne et les bocages – jusqu’ici préservés – de l’Allier. Pour rappel, une éolienne ne produit en fait que 20% de sa puissance nominale (souvent 2 MW), alors qu’une centrale biomasse dépasse les 80% de facteur de charge.

Outre le fait de créer ne très nombreux emplois, cette production électrique est un bienfait pour la planète, car non seulement elle évite des tonnes de CO2 dans l’atmosphère, autant elle oblige l’entretien et l’exploitation raisonnées des parcs forestiers français ainsi que la récupération des déchets agricoles.

On notera tout de même que la filière bois dans l’Allier devra être capable de se structurer pour fournir une telle quantité de matière. Car autant le volume est disponible, autant il faut pouvoir le sortir et le structurer de façon industrielle. Car si cela créé de l’emploi rapidement, les parcelles, elles, mettent plus de temps à se structurer pour une telle exploitation ( cf http://www.usinenouvelle.com/article/la-belle-energie-de-la-biomasse.N204577 )

Espérons que les collectivités d’Auvergne adoptent plus largement encore la biomasse.

Sources :
http://www.caissedesdepots.fr/actualites/toutes-les-actualites/en-region-hors-menu/auvergne-neoen-et-la-caisse-des-depots-mobilises-pour-une-centrale-de-cogeneration-biomasse.html
http://lenergiedavancer.com/areva-construira-une-centrale-de-cogeneration-dans-lallier/2013/09/11/

Eolien en mer : 20 milliards d’argent public ” engloutis “

Communiqué de presse de la Fédération Environnement Durable ( 786 associations) à Paris le 11 juillet 2011.

Eolien en mer : 20 milliards d’argent public ” engloutis “

Vingt milliards d’euros pris sur la facture d’électricité des français vont être ” engloutis” le long des côtes de la France pour fabriquer 3% d’une électricité intermittente dont elle n’a pas besoin puisqu’elle exporte 15% de sa production actuelle.
Cette production de kilowattheures cinq fois plus chers, entrainera officiellement une hausse de 13% du tarif de l’électricité des ménages alors que trois millions d’entre eux ne peuvent plus payer leur facture.

La subvention faramineuse de vingt milliards d’euros d’argent public correspondra selon les sources officielles à créer dix mille emplois hypothétiques soit une ” prime” jamais atteinte de deux millions d’euros par emploi créé.
La filière française d’éolien en mer devait être nationale et d’excellence. Or les groupes industriels français AREVA, EDF, GDF-SUEZ prêts à répondre à cet appel d’offre se sont tous déjà associés aux leaders industriels mondiaux éoliens danois, allemands, espagnols et chinois qui se serviront de cette opportunité pour exporter leurs machines déjà opérationnelles et envahir un peu plus notre pays.
Pour couronner cette décision deux des cinq sites choisis pour implanter les six cents premières éoliennes posent des problèmes majeurs.

Au Tréport les marins pécheurs soutenus par la ville refusent catégoriquement un projet qui entrainera la perte de leurs emplois et qui les conduira à devenir des « assistés économiques ».
Le projet d’Arromanches pudiquement baptisé « Courseulles-sur-Mer » fait l’objet d’une protestation internationale en provenance de milliers de citoyens de plus de cinquante pays.

Ceux ci s’insurgent de voir la France porter une atteinte inadmissible à ce lieu de mémoire symbole de la bataille de Normandie où dix mille soldats en provenance de nombreux pays ont été tués ou blessés le 6 juin 1944 pour délivrer la France.

Contact presse
Jean-Louis Butré
tel 06 80 99 38 08
http://environnementdurable.net
contact@environnementdurable.net

[icon style=”globe” color=”green”]Téléchargez le CP de la FED[/icon]

Signez le moratoire de 10 ans sur les éoliennes : prenons le temps de réfléchir. Déjà 7299 signatures.

Tout le monde est a priori favorable à l’énergie éolienne et c’est normal. Mais pas n’importe comment et n’importe où !

Depuis 5 ans 2000 machines éoliennes industrielles ont été érigées sans planification, sans respect des populations et patrimoines naturels et paysagers.
On nous en annonce 12 à 15.000 éoliennes à court terme sans avoir pu démontrer une quelconque efficacité énergétique. Et des milliers d’hectares de panneaux photovoltaïques dans la même logique.

A y regarder de plus près, cette mauvaise utilisation des énergies renouvelables ne nous permettra même pas de diminuer le recours à l’industrie nucléaire ou au charbon. D’ailleurs, les promoteurs éoliens s’appellent Areva, Edf

Etes-vous certains de vouloir à la fois plus de centrales nucléaires, plus de centrales thermiques et des milliers de machines éoliennes industrielles dans les plus belles campagnes ? Alors que les économies d’énergies et l’utilisation des énergies renouvelables par les particuliers offriraient une véritable solution alternative.

Signez le moratoire !