Appel à manifestation : Non aux éoliennes dans l’Allier, le 19 janvier 2019 à Saint-Pourçain-sur-Sioule !

Non au saccage du Bourbonnais !

Non à l’implantation irraisonnée des éoliennes industrielles de 200 à 250 mètres de haut (Andelaroche, Bransat) sur des territoires touristique paysager !

Non à la menace sur la santé de la faune locale !

Non à l’explosion de nos factures d’électricité !

Oui à la préservation de notre patrimoine naturel !

Oui à une transition énergétique adaptée à notre territoire : photovoltaïque, hydroélectricité, géothermie, biomasse.

Non à l’implantation anarchique de 47 parcs éoliens dans l’Allier !

RDV pour une manifestation départementale, ce Samedi 19 janvier 2019 à 10h à Saint-Pourcain-sur-Sioule, à l’ancienne gare, Place Charles de Gaulle, 03500 Saint-Pourçain-sur-Sioule

Prévoyez de faire du bruit et d’être visibles de loin !

[gview file=”https://www.stop-eole-auvergne.com/wp-content/uploads/2019/01/Tract-A5-Collectif.pdf”]

Éoliennes des monts de la Madeleine : Une première victoire.

Le Collectif Allier Citoyen a reçu ce communiqué commun des nombreuses personnes qui ne comprennent pas comment ce projet peut encore être envisagé :

Grâce aux observations que vous avez été nombreux à formuler, l’enquête publique sur le projet des Monts de la Madeleine (canton de saint Just – Cherier – La tuilière) est annulée ,car elle comprend de nombreux vices de forme.
Elle n’est même pas allée jusqu’aux conclusions du commissaire enquêteur tellement le dossier est incertain. C’est la première fois depuis longtemps que ce cas se produit. Il y a même deux éoliennes plus ou moins fantômes dans le dossier dont on ne connait pas exactement les coordonnées. [blockquote align=”right”]Il y a même deux éoliennes plus ou moins fantômes dans le dossier dont on ne connait pas exactement les coordonnées.[/blockquote]
Attention ! il est possible malgré tout qu’une nouvelle instruction soit demandée par le promoteur financier dans des conditions désastreuses.

Une demande de vérification de la situation financière d’EDPR France a été effectuée. Selon les comptes officiels déposés au tribunal de commerce, cette société a plus de 300 millions de dettes, perd régulièrement depuis plusieurs années 30 à 50 millions d’euros par an, soit le quart du chiffre d’affaires. Quelle entreprise peut tenir avec de tels résultats ? Les informations diffusées avant l’enquête publique par une plaquette officielle à la population parlaient d’une société puissante et en pleine santé … Qui les a diffusées ? Il n’y avait aucune explication sur ces chiffres officiels.[blockquote align=”right”]Les informations diffusées avant l’enquête publique par une plaquette officielle à la population parlaient d’une société puissante et en pleine santé … Qui les a diffusées ?[/blockquote]

De plus ce projet ne crée aucun emploi sur place pour des revenus dérisoires au niveau local.
Comment se fait il que cette société a été désignée partenaire d’un organisme public la “Sem Soleil” , et sans appel d’offres ? Depuis le 1er juillet, une Directive européenne demande un appel d’offres pour tout projet d’énergies renouvelables. Il faut envisager une pétition sur ce point très rapidement.

L’instruction de ce dossier avec ce manque de sérieux est d’autant plus inquiétante que le responsable d’EDPR (Frédéric Lanoë) est le « patron » national de France Énergie Éolienne, filière éolienne en France ! Il semble qu’une tentative de relance de ce dossier est envisagée. Il est temps de conclure définitivement avec le ridicule de cette opération qui va défigurer à jamais les Monts de la Madeleine et empêcher la création de vrais emplois par le tourisme, les produits agricoles et la venue de vraies entreprises avec de vrais emplois.

Mobilisons nous tout de suite pour éviter ce gâchis et une perte de temps pour l’administration et les services publics.

Le collectif en cours va prendre l’initiative et communiquer ses coordonnées.

Diffusez largement cette information et tenez vous prêts. Une adresse sera prochainement diffusée pour rassembler les actions.

Parc éolien du Pays d’Huriel (Allier, Auvergne) : victoire des habitants et sévère sanction du juge administratif contre le commissaire enquêteur.

Après cinq ans d’un long et difficile combat, l’association “Eoliennes s’en naît trop” du pays d’Huriel vient d’obtenir de la cour administrative de Lyon un jugement sanctionnant sévèrement les acteurs institutionnels du projet.

En effet le jugement rendu le 28 octobre 2014 sanctionne sévèrement le Commissaire Enquêteur pour Méconnaissance de l’article R.123-22 du Code de l’Environnement, qui n’a pas respecté son obligation d’examen des observations recueillies au cours de l’enquête publique et sa motivation insuffisante de l’avis favorable qu’il a émis sur le projet.

Le juge a également annulé le jugement du tribunal administratif de Clermont-Ferrand du 28 juin 2013 ainsi que les huit permis de construire délivrés le 12 janvier 2012 à la société MSE La Tombelle (sur les onze au total). Il a en outre condamné l’Etat à verser à l’association une somme de 1.500 euros sur le fondement de l’article L. 761-1 du code de justice administrative.

Petit rappel: Au départ, MSE La Tombelle (Maîa Eolis) avait déposé 11 permis de construire, un parc de 9 éoliennes + 2 postes de livraison.
Le préfet de Région avait accordé 8 permis le 12 janvier 2012 et refusé 3 permis. Ces 3 permis ont été ré accordé par le préfet de l’Allier le 3 septembre 2013 suite au jugement du TA de Clermont-Ferrand. Et l’association “Eoliennes s’en naît trop” a donc dû déposé aussi un recours contentieux au TA de Clermont-Ferrand pour les éoliennes E1, E2, E3, recours qui est toujours en instruction.

C’est une victoire, mais le combat est loin d’être fini. MSE La Tombelle (MAÏA EOLIS) a encore la possibilité de déposé une requête devant le Conseil d’Etat.

Par ailleurs, les communes voisines sont de nouveaux menacées, et une enquête publique a lieu en ce moment pour un parc de 8 éoliennes sur les communes de Quinssaines et Viersat.

[gview file=”http://www.allier-citoyen.com/wp-content/uploads/2014/11/ep_viersat_quinssaines_141009.pdf”]

Bruit des éoliennes : faille dans les études d’impact

La récente décision de justice concernant le permis de construire du parc éolien de Chazemais (Allier, Auvergne) fait jurisprudence sur la nécessité pour les promoteurs de procéder à une analyse des émergences sonores des éoliennes par tranches de fréquences (ce qu’ils ne font jamais).

Ci dessous les arrêtés du Tribunal Administratif de Clermont Ferrand et de la cour Administrative d’Appel de Lyon aboutissant à cette jurisprudence, ainsi qu’une note “Contribution du Ministère de l’Ecologie et du Développement Durable : la problématique du bruit des éoliennes” :

[divider_line]
[gview file=”http://www.allier-citoyen.com/wp-content/uploads/2014/10/2012-03-27_Jugement-A-Clermont-Ferrand.pdf”]
[divider_line]
[gview file=”http://www.allier-citoyen.com/wp-content/uploads/2014/10/2012-12-18_Jugement-Cour-dAppel-de-Lyon.pdf”]
[divider_line]
[gview file=”http://www.allier-citoyen.com/wp-content/uploads/2014/10/2007-01-09_Laerm_MEDDAAT_Contribution.pdf”]