Elections départementales : le non aux éoliennes remporte la majorité absolue à Beaume

Voici les résultats réels du bureau vote de La Beaume en ce 1er tour des élections départementales du 22 mars 2015 :

  • Votants : 120
  • Exprimés : 56
  • Blancs : 3
  • FAGES / TARDY : 43
  • PINET / TENOUX : 13
  • NON AUX EOLIENNES : 61

61 électrices et électeurs du village ont déposé massivement (majorité absolue) ce bulletin « NON AUX ÉOLIENNES ».

[blockquote align=”right”]les citoyens (…) ont signifié pacifiquement aux élus souvent sourds et muets face aux préoccupations des habitants[/blockquote]

Naturellement ces bulletins ont été comptabilisés comme nuls.

Par ce geste lourd de symbole les citoyens du Haut-Buëch, à l’instar des centaines de signatures recueillies par la pétition, ont signifié pacifiquement aux élus souvent sourds et muets face aux préoccupations des habitants, leur totale opposition à toute installation d’éoliennes sur le territoire et en priorité le projet BORALEX qui va impacter gravement et inutilement La Beaume et ses hameaux, La Haute-Beaume et Montbrand.

Si nous ne sommes pas concertés ni entendus faudra-t-il se résigner à faire un peu plus de bruit ?

Éoliennes de Blanzay (Vienne) : trois élus condamnés

Coupables. Jeudi, le jugement du tribunal correctionnel de Poitiers tombe au terme d’un court délibéré dans l’affaire de prise d’illégale d’intérêts reprochée trois élus de Blanzay.

Entre 2010 et 2013, Isabelle Surreaux, aujourd’hui maire de la commune, Daniel Mérigot, son premier adjoint, et Jean-François Cordeau, conseiller municipal, ont participé aux délibérations sur la zone de développement éolien qui ont permis de créer un parc de huit machines, à Blanzay et Romagne. Or, ils sont propriétaires d’une partie des terrains concernés. MM. Mérigot et Cordeau ainsi que le mari de Mme Surreaux ont en outre signé des promesses de bail emphytéotique au bénéfice du constructeur des éoliennes.

La présidente du tribunal, Isabelle Fachaux, leur rappelle que la loi les obligeait à se retirer quand le conseil municipal évoquait ce dossier qui allait leur « rapporter un peu d’argent » : 6.500 euros de loyer annuel par éolienne pendant vingt-cinq ans, pour des terrains ne rapportant que 1.000 à 1.200 euros à l’hectare lorsqu’ils sont cultivés.

[blockquote align=”right”]malgré la procédure, les trois prévenus « n’ont pas renoncé à leurs promesses de bail ».[/blockquote] « Nous ne plaidons pas la relaxe. Ce sont des gens qui sont en phase avec eux-mêmes. On n’est pas à Levallois-Perret », assure Me Simone Brunet qui défend les trois prévenus avec Me Drevin.
Partie civile pour les propriétaires de la Vallée des singes et le Château d’Epanvilliers, deux farouches opposants au projet de parc éolien, Me Isabelle de Bodinat note que malgré la procédure, les trois prévenus « n’ont pas renoncé à leurs promesses de bail ».

Nouvelle République, 27/02/2015, http://www.lanouvellerepublique.fr/Vienne/Actualite/Faits-divers-justice/n/Contenus/Articles/2015/02/27/Eoliennes-de-Blanzay-trois-elus-condamnes-2239177

Le Schéma Régional Eolien (SRE) de la Région Aquitaine a été annulé par le Tribunal Administratif de Bordeaux

Suite à la plainte déposée, par l’association Vigi-Éole, la Fédération Environnement Durable(FED), la Fédération Patrimoine Environnement, l’association Citoyenneté et Environnement en Périgord, le groupement de chasseurs du Blayais-Cubzaguais et plusieurs centaines de personnes, le Schéma Régional Éolien de la Région Aquitaine validé par l’arrêté Préfectoral du 6 juillet 2012 est annulé par le Tribunal administratif de Bordeaux.
Le Jugement rendu le 12 février 2015 a mis en évidence que les décisions gouvernementales n’avaient pas tenu compte des directives européennes, des lois et des décrets en vigueur et il confirme celui du Tribunal Administratif de Paris qui le 13 novembre 2014 avait annulé le Schéma Régional Eolien de la région Ile de France pour des raisons similaires.

Il met en évidence que les méthodes utilisées par le Gouvernement et les promoteurs éoliens pour envahir le territoire d’éoliennes géantes sont inadmissibles juridiquement et qu’elles bafouent les droits fondamentaux des citoyens.

Cette annulation renforce la détermination de la FED dans la lutte totale qu’elle mène contre l’éolien industriel.

Mobilisation contre le projet éolien Le Born – Pelouse / Lozère

Nous sommes informés régulièrement des inaugurations, des propos sur des choses de peu d’intérêt de nos élus de Lozère, mais sur un projet qui risque de mettre en cause l’identité de la Margeride, du Plateau du Roi, du lac de Charpal, du pays d’Art et d’Histoire de Mende, alors c’est le silence radio. Normal le bon peuple doit rester dans l’ignorance, pour permettre à nos élus de garder la main, et de profiter de leur rente de situation.

Sur les hauteurs de le Born, le pays du peintre Gallière, le projet industriel éolien soutenu par notre sénateur “défenseur de la Lozère à Paris” avance, il doit faire l’objet d’une enquête publique entre le 28 novembre et le 30 décembre 2014. Nous vous mettons en lien l’arrêté du préfet précisant les conditions de cette enquête.

Un projet très contestable, qui remet en cause l’identité du plateau du Roi, que nous avons déja signalé il y a 2 ans. mais les intérêts financiers de certains promoteurs sont trop confortables pour abandonner, surtout quand des élus ruraux peu informés sont facilement influençables, ce qui ne devrait pas être le cas de notre sénateur. Quand on est à ce poste de responsabilité politique on se doit de d’informer et de réfléchir avant de pousser des coups de gueule contre les associations et les habitants qui s’expriment avec fondements contre l’éolien industriel en Lozère.

La suite sur le site du Collectif Terre de Peyre >>>

Eolien : Fiasco d’EDF Energies Nouvelles au Salon des maires

Le Directeur Général d’EDF Energies Nouvelles, M. Antoine Cahuzac, sous la pression de la contestation a décidé de mettre fin précipitamment à la Conférence-Débat, organisée le 27 novembre 2014 par sa société, au salon des maires et qui avait pour thème « l’éolien, partie prenante d’une croissance durable pour les territoires ».

Des participants dont une trentaine de délégués de la Fédération Environnement Durable (FED), venus de nombreuses régions de France ont condamné les pressions obscures et incessantes que les promoteurs exercent sur les élus et les maires pour l’installation d’éoliennes sur leurs communes.

La FED qui regroupe 1057 associations dénonce sans relâche les contre-performances écologiques, le détournement massif d’argent public et la corruption prévalant dans le secteur des éoliennes industrielles.