Bruit des éoliennes en Wallonie: la plainte déposée au Parlement européen jugée recevable.

(Belga) Une plainte déposée en janvier 2014 devant la commission des pétitions du Parlement européen contre les normes wallonnes de bruit des éoliennes a été jugée recevable, a annoncé mardi Olivier Janssens, porte-parole du comité de riverains du projet éolien avorté ABO Wind du Ridias, à La Bruyère et Gembloux.
[blockquote align=”right”]le gouvernement wallon a “dissimulé des informations importantes relatives au bruit du grand éolien pour faciliter la réalisation d’objectifs en matière d’énergie renouvelable (…)”[/blockquote]
Le projet ABO Wind (huit éoliennes) a été refusé début 2014 par le ministre de l’époque Philippe Henry, aucun permis n’ayant été octroyé après l’enquête publique de janvier, à la satisfaction du comité de riverains et de la ville de Gembloux. Mais auparavant, le comité avait contesté les normes de bruit wallonnes en sollicitant la commission des pétitions du Parlement européen. Cette procédure a suivi son cours.
La commission des pétitions “a demandé à la Commission européenne de procéder à une enquête préliminaire” et demandera des informations à la représentation permanente de la Belgique auprès de l’Union européenne, indique la présidente dans son courrier.
Le comité de riverains estime que le gouvernement wallon a “dissimulé des informations importantes relatives au bruit du grand éolien pour faciliter la réalisation d’objectifs en matière d’énergie renouvelable et a enfreint la Convention d’Aarhus sur l’accès à l’information et la participation du public au processus décisionnel”. “Pour nous, il est important qu’il y ait un regard externe, un éolien sans parti pris.

La suite de l’article de l’agence Belga sur http://www.rtl.be/info/magazine/science-nature/cadre-eolien-bruit-des-eoliennes-en-wallonie-la-plainte-deposee-au-parlement-europeen-jugee-recevable-695364.aspx

Google abandonne les fausses énergies renouvelables

Après 7 ans d’études très poussées, avec le concours de scientifiques mondialement réputés, Google devait prendre une décision majeure de diversification. Le leader mondial était très tenté d’investir et de diversifier dans le modèle des énergies renouvelables dans son programme connu sous le nom de “RE”. La conclusion vient de tomber : Google abandonne tout espoir dans les énergies renouvelables actuelles, non pas pour des raisons financières car ce secteur est encore juteux, mais parce que ça ne marche pas.

Les énergies renouvelables actuelles sont des leurres permettant de capter des subventions. Avec la crise, ces subventions seront disparues d’ici deux ans, faute de moyens. Prendre des panneaux solaires et des éoliennes à hélice pour résoudre le problème du réchauffement et des émissions de carbone, c’est prendre une petite cuiller pour vider l’Atlantique. Les espoirs entretenus par certains spéculateurs financiers ont manipulé l’opinion. Un moteur de recherche tel que Google, capable d’avoir construit un traducteur en 80 langues, l’un des projets les plus complexes de l’humanité, a l’honnêteté d’appliquer la même rigueur aux énergies renouvelables actuelles et de démontrer qu’elles sont non seulement inefficaces mais même nuisibles.
[blockquote align=”right” cite=”Ludovic Grangeon”]Prendre des panneaux solaires et des éoliennes à hélice pour résoudre le problème du réchauffement et des émissions de carbone, c’est prendre une petite cuiller pour vider l’Atlantique.[/blockquote]

Cette étude démontre ce que l’expérience a déjà révélé, avec le grave constat d’échec de l’Allemagne, qui a investi 300 milliards dans les énergies renouvelables pour seulement 12 % du résultat attendu. Le n°2 en personne, le vice Chancelier allemand Sigmar Gabriel, en charge de l’énergie et de l’économie, a déclaré le 16 avril 2014 :

« La vérité est que la transition énergétique « Energiewende », visant à faire passer la part «renouvelable » d’électricité à 80% en 2050 est sur le point d’échouer. La vérité est que, sous tous les aspects, nous avons sous-estimé la complexité de cette transition énergétique. La noble aspiration d’un approvisionnement énergétique décentralisé et autonome est bien sûr une pure folie ! Quoi qu’il en soit, la plupart des autres pays d’Europe pensent que nous sommes fous. »

Deux des directeurs du programme Google, Koningstein et Fork, viennent d’adresser un terrible avertissement : en additionnant tous les investissements mondiaux actuels publics et privés, et même en les multipliant encore par quatre ou cinq, (ce qui est économiquement hors d’atteinte) la réponse est encore ridicule. Déjà la NASA avait tiré des conclusions identiques en 2008.[blockquote align=”right”]en additionnant tous les investissements mondiaux actuels publics et privés, et même en les multipliant encore par quatre ou cinq, (ce qui est économiquement hors d’atteinte) la réponse est encore ridicule.[/blockquote]

Lire la suite sur le site Economie Matin >>>

Le système électrique européen : un champ de ruines à reconstruire

En dix ans, les ménages allemands ont vu le prix de leur électricité plus que doubler, au point de devenir le problème majeur à résoudre par la nouvelle coalition qui dirige le pays. La facture d’électricité des ménages est également source de mécontentement au Royaume-Uni, où le gouvernement a récemment annoncé des mesures d’urgence réduisant les prélèvements environnementaux et sociaux.

En Espagne, où le déficit tarifaire du système électrique dépasse les 25 milliards d’euros, le gouvernement a fait le choix de bloquer les prix du kilowattheure (kWh) pour ne pas entamer trop le pouvoir d’achat de la population. La France, elle, semble à l’écart de ces mouvements, même si des hausses sensibles du prix du kWh ont déjà commencé et sont prévues dans les années à venir.[blockquote align=”right”]La France, elle, semble à l’écart de ces mouvements, même si des hausses sensibles du prix du kWh ont déjà commencé et sont prévues dans les années à venir.[/blockquote]

Dans le même temps, les émissions de CO2 repartent à la hausse. Dans les années 1990, elles avaient baissé en Allemagne, après la réunification et la remise à niveau industrielle des nouveaux Länder de l’Est, et au Royaume-Uni grâce à la substitution du charbon par le gaz de la mer du Nord. Cette baisse a été renforcée partout en Europe après 2008, en raison de la crise économique qui a induit une baisse de la demande d’électricité et qui a accéléré la désindustrialisation du continent.

La suite sur le site Le Monde >>

 D-Day anniversary: offshore wind farms at Normandy ‘will desecrate site’ (France)

On the occasion of the D-Day anniversary, The “Fédération Environnement Durable” (FED) and “Basse Normandie Environnement ” (BNE) denounce  the absolute silence around the giant offshore wind farm project, off  the beach of Normandy,  where 10,000 soldiers were killed or wounded on 6 June 1944 to liberate France.

The Fed and BNE ask the President of the Fench Republic, François Hollande, and the Minister of Ecology Ségolène Royal, to announce to all international delegations, hosts of France, that dozens of giant wind turbines will be planted in the middle of largest marine cemetery in the world.
Discovering the desecration of such a global sanctuary, imagine for a second what would be the reactions of Eisenhower, Churchill and de Gaulle, if  they were still alive ?

http://www.epaw.org/events.php?article=fr6

http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2014/06/05/01016-20140605ARTFIG00200-les-anti-eoliens-denoncent-la-profanation-des-plages-du-debarquement.php

Pressemitteilung :  4. Juni 2014 der Fédération Environnement Durable (Frankreich)

Schändung der Landestrände durch Windkraftanlagen

Anläßlich der Wiederkehr des Gedenktages der Landung der aliierten Truppen an der Normandieküste beklagen die Fédération Environnement Durable (FED) und der Basse Normandie Environnement (BNE) die absolute Stille die um das enorme Offshore-Windkraftanlagenprojekt vor den Landestränden der Normandie herscht, dort wo 10 000 Soldaten am 6. Juni 1944  ihr Leben für die Befreiung Frankreichs geopfert haben.

Die FED und BNE fordern den Präsidenten der Republik, François Hollande und die Ministerin für Umwelt Ségolène Royal auf, allen internationalen Delegationen, Gästen Frankreichs anzukündigen, dass Dutzende riesiger Windkraftanlagen inmitten des weltweit grössten Schiffsfriedhofes aufgebaut werden sollen. Und sie fragen sich, welche die Reaktionen Eisenhowers, Churchills oder de Gaulles bei der Entdeckung einer solchen Gedenlschändung sein könnten, wären sich noch am Leben ?

Communiqué de presse  4 juin 2014

Profanation des plages du débarquement par  des éoliennes

A l’occasion de l’anniversaire du débarquement, la Fédération Environnement Durable (FED) et Basse Normandie Environnement (BNE) prennent  acte du silence absolu autour du vaste projet éolien en mer situé en face des plages de  Normandie où 10.000 soldats se sont sacrifiés le 6 juin 1944  pour libérer  la France.

La  FED et BNE demandent  au  Président de la République, François Hollande et à  la Ministre de l’écologie Ségolène Royal d’annoncer à  toutes les délégations internationales, hôtes de la France,  que des douzaines d’ éoliennes géantes  vont être plantées au milieu du plus grand cimetière marin du monde.

En  découvrant la profanation  d’un tel sanctuaire mondial,  quelles  auraient été les réactions d’Eisenhower, Churchill ou de Gaulle, s’ils étaient encore de ce monde ?

Press  Contacts
FED
Jean-Louis Butré :
+33 (0) 6 80 99 38 08
contact@environnementdurable.net
BNE
Hervé Texier :
+33 (0) 6  89 58 70 27
h.texier@environnementdurable.net