Éoliennes : le vent de la corruption (article Le Point).

Exploiter des éoliennes en France représente une telle rente qu’une entreprise du secteur a tenté d’acheter des châtelains qui contestaient une implantation.

La scène se passe le 10 octobre 2014, en Haute-Normandie, à moins de 10 kilomètres des plages de la Manche. Le directeur du développement d’une société exploitante de parcs éoliens, filiale d’un groupe coté au CAC 40, se rend dans un petit village où il doit installer plusieurs éoliennes. Le projet n’avance pas à cause d’un château classé monument historique, dont les propriétaires veulent protéger l’environnement, et d’un groupe d’agriculteurs qui fait de la résistance. Ce directeur du développement a demandé à rencontrer les châtelains chez un voisin agriculteur. Une imprudence, puisqu’il y a plusieurs témoins de cette conversation.

Lorsqu’il a sollicité le rendez-vous, il a précisé qu’il avait des propositions à faire « de vive voix ». De quoi s’agit-il ? D’une « mesure compensatoire ». Mais encore ? « Une compensation qui permettrait de rénover une partie du château »… Les propriétaires du château sont outrés de cette démarche, qu’ils apparentent à une tentative de corruption. Plus choquant encore : les « compensations » ne s’adressent qu’à eux, pas aux autres habitants concernés, qui devront se contenter des nuisances.

Lire la suite de l’article de SOPHIE COIGNARD sur http://www.lepoint.fr/editos-du-point/sophie-coignard/eoliennes-le-vent-de-la-corruption-16-12-2014-1890022_2134.php

Innovation éolienne : L’Arbre à vent : une toute nouvelle éolienne française capable de produire beaucoup d’énergie avec peu de vent.

L’énergie fournie par le vent est gratuite, écologique et inépuisable mais les éoliennes conçues actuellement sont souvent jugées trop bruyantes, trop grandes et peuvent dénaturer le paysage. Une start-up parisienne a mis au point un système en forme d’arbre dont les feuilles agissent comme des mini éoliennes capables d’apporter puissance et autonomie. DGS vous présente ce projet ingénieux qui mêle technologie et écologie.NewWind R&D est une start-up parisienne dont l’ambition est de réconcilier nature et technologie, environnement et besoins énergétiques.

Jérôme Michaud-Larivière et son équipe d’ingénieurs ont mis au point l’Arbre à vent, constitué d’un tronc en acier blanc et d’une centaine de feuilles en plastique (PVC) vert qui actionnent autant de mini-turbines silencieuses. Cet arbre épuré, stylisé et esthétique fonctionne quasiment toute l’année car chaque feuille, équipée d’une technologie Aeroleaf, tourne dès que le vent atteint 2 mètres par seconde (il faut au minimum 4 mètres par seconde pour faire fonctionner une éolienne classique) quelle que soit sa direction, ce qui évite le phénomène de cisaillement.

Lire la suite sur dailygeekshow.com …

[divider]
[tvideo type= »youtube » clip_id= »h7F3od3VEsY » autoplay= »false » controls= »true » loop= »false » showinfo= »true » theme= »light »]

Pétition LPO : demande de moratoire sur l’installation d’éoliennes industrielles dans l’Aude

Aujourd’hui, le département de l’Aude produit 50 % de sa consommation finale électrique. Ceci à partir d’énergies durables. C’est remarquable mais les pouvoirs publics souhaitent encore augmenter le nombre de parcs d’éoliennes industrielles, jusqu’à tripler la puissance actuellement installée.
Il faut garder à l’esprit que le département de l’Aude recèle l’une des plus riches biodiversités de France. On y recense notamment plus de 3 000 espèces de plantes et plus de 200 espèces d’oiseaux nicheurs. De plus, l’Aude peut compter sur une palette de paysages composés d’autant d’habitats diversifiés pour la faune sauvage.
Aujourd’hui, le développement des parcs d’éoliennes industrielles menace voire détruit cette biodiversité. Il n’est pas concevable que la production d’énergie renouvelable se fasse en portant gravement atteinte à cette richesse patrimoniale.

[button size= »large » align= »center » link= »https://secure.avaaz.org/fr/petition/Prefet_de_lAude_Moratoire_sur_linstallation_deoliennes_industrielles_dans_lAude/?njLQGdb » linkTarget= »_blank » color= »green » icon= »bullhorn »]Signer la pétition >>>[/button]

Edito : L’effondrement du secteur éolien s’accélère

La directive de l’Union européenne sur les énergies renouvelables pour la période 2014-2020 est entrée en vigueur le 1er juillet dernier. Curieusement, en France, alors que les communiqués des milieux de l’énergie renouvelable nous inondaient de la nécessité absolue de respecter les objectifs européens, un silence assourdissant a accompagné cette publication, à laquelle la France va devoir se conformer d’ici 2017.

Sigmar Gabriel, le Vice Chancelier allemand, appuyé y compris par son pragmatique secrétaire d’Etat « vert » Rainer Baake, a appliqué ce virage en moins de deux mois … La loi a été votée le 27 juin, entrée en vigueur le 1er août. Il était temps … la facture du consommateur venait de doubler en cinq ans … sans résultat, avec la construction de 40 centrales charbon en urgence pour éviter la panne générale, et un gouffre budgétaire sans fin. Il aurait fallu injecter 30 milliards € pendant quarante ans pour obtenir 80 % du résultat attendu, et avec les incertitudes de la météo chaque jour ! En Espagne, tout système de subvention aux énergies renouvelables est définitivement supprimé depuis le 14 octobre dernier, sous la menace de l’effondrement total du système électrique espagnol entier et la perte de 20 000 emplois dans ce secteur « porteur ».

L’Allemagne et l’Espagne ont tiré les conséquences de technologies inefficaces subventionnées à prix d’or. Après les promesses et l’euphorie des agences privées qui clament partout que les énergies renouvelables créent des emplois sans aucune statistique officielle, l’Agence pour les énergies renouvelables allemande a annoncé le 30 septembre la douche froide : 25 000 emplois perdus en 2013. En France, on a beau tourner les annonces dans tous les sens, le solde réel de 650 emplois au lieu de 10 000 fait frémir. Les taxes à l’énergie renouvelable dépassent les économies sur l’impôt sur le revenu ou le trou de la Sécu. Elles prélèvent un poids insupportable sur les ménages grâce à un subterfuge qui ne les inclue pas dans les dépenses publiques, mais le contribuable paie toujours plus.[blockquote align= »right » cite= »Ludovic Grangeon »]Après les promesses et l’euphorie des agences privées qui clament partout que les énergies renouvelables créent des emplois sans aucune statistique officielle, l’Agence pour les énergies renouvelables allemande a annoncé le 30 septembre la douche froide : 25 000 emplois perdus en 2013.[/blockquote]

La croissance chinoise devait nous sauver, elle va au contraire nous enfoncer d’avantage, avec l’actualité. En octobre 2014, le patron du secteur énergie éolienne de Shanghai, Liu Qi, associé à Siemens, procède au constat : « après les mirages du développement à court terme, la qualité n’est pas au rendez-vous et beaucoup d’acteurs de la profession disparaissent ». Les alliances fondées avec des sociétés européennes fondent comme neige au soleil. Elles disparaissent une à une, à peine formées depuis deux ou trois ans dans des perspectives d’illusoire croissance qui n’est jamais arrivée. La presse chinoise, comme le South China Morning Post, par exemple, n’en finit plus de compter les désastres en cette fin 2014.

Ce n’est pas fini : Depuis plusieurs années, des soupçons de connexions mafieuses dans les éoliennes ont été émis par des journalistes et suivis par Interpol. L’arrestation de Liu Tienan, patron de l’énergie chinoise, cette semaine, pour cause de corruption à vaste échelle confirme une fois de plus l’omerta sur ce secteur et ses gigantesques trafics. Elle montre que les Chinois ont enfin compris l’ampleur des malversations. Liu Tienan a continué à superviser personnellement plus de 50 projets par trimestre à vaste échelle y compris des projets en Europe et des prises de participation dans des sociétés dont certaines sont bien connues en France ou au Portugal. EDP, qui se prétend l’un des leaders mondiaux, a été sauvé de justesse de deux désastres successifs , avec le scandale financier du groupe Espirito Santo, impliqué dans de multiples affaires de fraude, d’abus de confiance, de falsification de documents, de blanchiment d’argent et d’évasion fiscale, puis avec l’entrée de la Compagnie chinoise des Trois gorges, dont Liu Tienan, emprisonné pour corruption, avait la haute main.[blockquote align= »right » cite= »Ludovic Grangeon »]L’arrestation de Liu Tienan, patron de l’énergie chinoise, cette semaine, pour cause de corruption à vaste échelle confirme une fois de plus l’omerta sur ce secteur et ses gigantesques trafics.[/blockquote]

Depuis 18 mois, la presse taiwanaise avait sorti le scandale sans grand résultat. Les quotidiens de Canton ont même osé publier ces informations malgré certaines menaces de mort émises par ce réseau mafieux englué dans les malversations, les voitures de luxe, les maitresses et les compromissions à l’étranger. Des bouleversements sont à attendre avec cette opération vérité. Les pots de vins se chiffrent en millions d’euros pour ce qui est connu. On sait que nombre d’éoliennes supposées construites en Allemagne et importées en France sont largement pourvues de pièces chinoises : à quel prix ?

Ce devait être la bouffée d’oxygène du secteur européen et c’est au contraire le boulet qui l’entraine un peu plus vers le fond. Vestas, Gamesa, Siemens sont les premiers à tomber au tapis. La chute de Vestas est impressionnante. Après avoir supprimé 4500 emplois, après avoir disparu plusieurs fois de l’indice danois OMX20, après des variations erratiques de son bénéfice de -230% à + 30 % d’un trimestre à l’autre, le groupe devait être sauvé par l’apport de groupes chinois, qui ne viendront pas. Même le gouvernement danois n’a pas les moyens de sauver Vestas, comme il l’a confirmé publiquement depuis octobre 2012, alors que la conjoncture était moins mauvaise.[blockquote align= »right » cite= »Ludovic Grangeon »]Vestas, Gamesa, Siemens sont les premiers à tomber au tapis. La chute de Vestas est impressionnante.[/blockquote]

Tous les organes de contrôle : la Commission de Régulation de l’Energie, la Cour des Comptes, France Stratégie, soulignent que le système est à bout et qu’il est ruineux pour des résultats dérisoires. L’argent capté par les spéculateurs aura détourné des subventions publiques vers d’immenses fortunes privées qui se moquent d’investir dans les vraies énergies renouvelables de demain, qui ne sont ni les vieilles éoliennes à hélices, ni les panneaux solaires à bas rendement et forte pollution, mais des turbines silencieuses ou urbaines, des piles à combustible zéro carbone, des stockages mixtes solaire hydrogène, etc… dont les premiers exemplaires fonctionnent déjà un peu partout. Un seul exemple : la division équipements spéciaux de Rolls Royce en Allemagne, CFC, gère depuis plusieurs années des équipements remarquables zéro rejet carbone, en toute modestie, et surtout, ça marche toute l’année au lieu d’un jour sur cinq. De plus les nouvelles énergies renouvelables produisent localement, ce qui diminue les problèmes de réseaux, devenus un casse-tête avec les bricolages de l’éolien ou du solaire.

Enquête Publique en cours : Sauvons la Lozère ! (Pétition)

L’enquête publique pour le projet de parc éolien du Born-Pelouse sur le plateau du Palais du Roy se déroule du vendredi 28 novembre au mardi 30 décembre.

Comme d’habitude pour tous les projets éoliens, tout se passe dans la plus grande discrétion. Ce projet « participatif » , « cher » au Sénateur Maire Alain Bertrand, a pour but de contribuer à l’industrialisation de toute la Margeride avec des éoliennes, dont une soixantaine autour du lac de Charpal avec les projets de Champcate, la Villedieu-Estables, La Panouse, Saint-Sauveur de Ginestoux, Arzenc, Châteauneuf, Chaudeyrac, etc.
Tout ceci, pour le seul enrichissement des promoteurs avec pour financement notre « contribution au service public d’électricité » (Ligne CSPE à voir sur nos factures EDF). Tout ceci, enfin, au plus grand mépris des populations locales et au nom de « la croissance verte ».
A l’initiative des Robins des bois de la Margeride, une réunion publique d’information aura lieu à la salle polyvalente de Badaroux le mardi 2 décembre à 20h30.

Pour nous aider vous pouvez rencontrer le commissaire enquêteur :

  • mardi 09 décembre 2014, de 14h00 à 17h00 à Pelouse
  • vendredi 19 décembre 2014, de 14h00 à 17h00, au Born
  • mardi 30 décembre 2014, de 14h00 à 17h00, à Pelouse

Un dossier sera déposé en mairies de Allenc, Arzenc de Randon, Badaroux, Chastel Nouvel, Châteauneuf de Randon, Estables, Laubert, Le Born, Montbel, Pelouse, Rieutort de Randon, et pourra être consulté par le public aux jours et heures habituels d’ouverture au public.

Pendant la durée de l’enquête, les observations du public sur ce projet pourront être :

  • soit consignées sur les registres d’enquête déposés dans les mairies susvisées,
  • soit adressées par écrit au commissaire-enquêteur à la mairie Le Born, siège de l’enquête publique ; par précaution vous pouvez envoyer un double de votre courrier à : Les robins – Chazals – 48700 Saint- Denis

Michel Cogoluègnes – Les robins des bois de la Margeride

[button size= »large » align= »center » link= »http://www.petitions24.net/sauvons_la_lozere » linkTarget= »_blank » color= »green » width= »400″ icon= »bullhorn »]Signer la pétition : sauvons la Lozère ![/button]