Nucléaire versus éolien : à qui profite la hausse des tarifs ?

Vous l’aurez entendu, l’électricité connaît sa plus forte hausse depuis 10 ans. Pourtant les arguments sont invariablement : “c’est la faute de l’entretien du parc nucléaire” ou “c’est la faute des éoliennes”. Et si la vérité était ailleurs ? Si nous étions face à un problème (le nucléaire) et à de mauvaises solutions (l’éolien) ? Et si on pouvait faire baisser le nucléaire sans implanter des milliers de mats, certes beaux,  ni des kilomètres carrés de dalles solaires importées de Chine ?

Le mauvais exemple anglais

[icon_link style=”globe” color=”green” href=”http://lexpansion.lexpress.fr/entreprise/le-prix-de-l-electricite-va-augmenter-a-qui-la-faute_232615.html” target=”_blank”]L’augmentation des tarifs[/icon_link]  était pourtant inéluctable, et de nombreux acteurs ont levé la main pour tenter d’établir une corrélation entre la situation de [icon_link style=”globe” color=”green” href=”http://www.allier-citoyen.com/2012/11/angleterre-coup-de-theatre-le-nouveau-ministre-de-lenergie-annonce-larret-immediat-de-tout-programme-eolien/” target=”_blank”]la Grande Bretagne qui à du abandonner son programme d’indépendance énergétique[/icon_link] devant l’extrème précarité que cette politique à provoqué par l’augmentation brutale des tarifs pour les ménages.

La vérité est que sortir du nucléaire coûte cher, très très cher. Car plus de 60 ans d’investissements massifs dans ce secteur en a fait l’énergie la moins cher qu’on puisse jamais produire en France.
Grâce à des puissances de production considérables, une filière intégralement contrôlée et régulée par l’état, ce modèle est un des meilleurs en termes tarifaires (et uniquement tarifaire).

Donc proposer en face un modèle éolien / solaire composé de filières privées, non-intégrées, utilisant des technologies aussi variées qu’immatures et ce dans un chaos juridique coupable confine à de l’utopie pure et simple. Car, à supposer que les centrales éoliennes et solaires puissent atteindre le taux de rendement et la régularité du nucléaire, le coût que représente la mise à jour du réseau électrique avec la multiplication des lignes HT pour supporter cet éparpillement de la production, ainsi les pertes de réseau liées à l’allongement du chemin entre la production et la consommation, font que la facture sera … insurmontable.

Sans parler que l’éolien et le solaire produisent quand il y’a du vent et du soleil, ce qui ne correspond malheureusement pas aux périodes de demande et que, de surcroît, le couple charbon / gaz doit être ajouté à ce mix énergétique pour combler cette intermittence de production quand le vent tombe ou que le soleil se voile.

Que faire alors ? se résigner au nucléaire ?!

Comme dirait un ingénieur dont on a perdu le nom : ” Le nucléaire ce n’est pas top mais on à pas trouvé mieux “. Ceci est particulièrement vrai en France, pays de naissance de cette technologie. Et il faut donc l’admettre : changer une solution qui fonctionne, qui s’exporte exceptionnellement bien, même si elle ne convient pas pour des raisons idéologiques, cela est compliqué !

En effet les “Verts” et autres EELV des salons parisiens ont érigé le nucléaire comme dogme à abattre, et ce malgré le fait que tout le monde s’accorde sur le fait qu’il serait sans doute mieux de se passer de ce nucléaire. Mais leur obstination idéologique dont la motivation est autant morale que financière  les font glisser dans d’autres travers dont nous commençons à ressentir les funestes conséquences.

L’éolien et le solaire sont ainsi subventionnés à perte et sans retour sur investissement autre que des lendemains qui chantent sans nucléaire. Promesse alléchante certes, mais très peu pragmatique quand on doit payer 5% de plus par an … et que de plus en plus de gens se disent qu’en fait, le nucléaire c’est le moindre mal.

Cette attitude est d’autant plus coupable qu’elle masque volontairement les solutions qui marchent.

Première solution : économiser !

Or personne ne veut économiser. Ca ne rapporte pas assez. Du moins pas aux bonnes personnes …
Eh oui, car le crime de la sortie du nucléaire profite aux formations politiques qui le prônent ainsi qu’à leurs soutiens économiques. Mais la maitrise énergétique, elle, ne profite qu’au consommateur. Horreur donc pour les EELV et autres partis dont le soutien reste malheureusement le grand capital (même peint en vert).

Nous serions donc dans un impasse idéologique majeure si nous restions sur cette opposition nucléaire Versus éolien honteusement entretenue par les forces qui en tirent un intérêt purement économique ou idéologique.

Heureusement, en plus d’économiser, nous pouvons placer encore plus de cartes dans nos mains afin de sortir de ce cercle infernal de l’inflation du fioul, du gaz ou de l’électricité.

Cette dernière solution sera traitée dans un prochain article à venir !

2 réflexions sur « Nucléaire versus éolien : à qui profite la hausse des tarifs ? »

  1. Bonjour.

    Le nucléaire est loin, loin, très loin .. d’être une énergie d’avenir … Il suffit de gratter un peu la couche de vernis idéologique qui masque les réalités de l’électronucléaire français pour se rendre compte de l’étendue de l’impasse … L’éolien pose de vrais problèmes écologiques, mais il faut se garder de dénoncer en bloc, une énergie dont le KWh à un cout de production inférieur à celui produit par un EPR

    • Bonjour,

      ET merci de votre participation au débat.

      Le nucléaire est un histoire de 50 ans d’investissements massifs de l’état qui font du Kwh français le moins cher d’Europe. Ces technologies s’exportent et se portent de mieux en mieux sur le marché mondial.
      Certes nous parlons également de subventions et nous disons bien que le nucléaire n’est pas LA solution.

      Mais nous appelons à ne pas tomber dans un autre travers idéologique (qui cache mal un business identique au nucléaire).
      POur cela je vous invite à parcourir le test suivant fait par un militant Greenpeace et ancien colistier des verts au municipales de Paris (on ne pourra donc pas l’accuser de collusion) :

      http://www.epaw.org/documents.php?lang=fr&article=d2&

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *