Polemag Vichy université sur l’éolienne : l’objectif vertueux de départ a été complètement détourné

Figure de proue d’un groupement d’associations environnementales du département de l’Allier, Ludovic Grangeon révèle les dérives de l’industrie éolienne et explique sa conception de l’éolien.

Qu’est ce que le collectif Allier citoyen ?

Notre collectif apolitique s’est constitué en 2009 autour de cette simple constatation :
les éoliennes concernent chacun d’entre nous dans son environnement visuel, sonore, paysager, et touristique mais également dans son patrimoine économique et fiscal, pour un résultat écologiquement nul.
Les riverains et citoyens qui composent ce collectif sont tous bénévoles. Mais, ils ont en commun de ne pas rester passifs face à l’agression des promoteurs éoliens qui comptent sur l’apathie et l’ignorance des habitants, des médias et des élus locaux pour vendre leurs machines couteuses, obsolètes et techniquement inutiles.

Pourquoi un tel développement de l’énergie éolienne ?

L’éolien français a un objectif vertueux au départ. Développer des énergies renouvelables, c’est bien.
Le problème de l’éolien en France, c’est que l’objectif vertueux de départ a été complètement détourné par les petits lobby d’industriels. Aujourd’hui, le développement de l’éolien nuit à l’éolien puisque nous avons à faire à des machines de première génération.

[blockquote align=”center” cite=”Ludovic Grangeon”]l’objectif vertueux de départ a été complètement détourné[/blockquote]

Je trouve que c’est un très mauvais service à rendre à l’éolien que de le développer de cette façon-là. Aujourd’hui, l’éolienne de dernière génération, ce n’est pas un mât et trois palmes. Mais comme ces machines sont d’une technologie différente, que le secteur est en crise et que l’on trouve des éoliennes pas chères, les industriels ont intérêt à dégrader l’environnement. Cela leur permet tout simplement de se faire un maximum d’argent. Les éoliennes de dernière génération les plus puissantes font seulement 30 mêtres de haut, ont des formes élégantes, ne font pas de bruit, et ont un rendement deux fois plus important.

Est-ce un secteur qui crée de l’emploi ?

Il n’y a aucune vérification des chiffres qui sont annoncés. Pour exemple, Vestas est le plus gros fabricant européen d’éoliennes. Il pèse entre 25 et 30% du marché. C’est le leader. Bloomberg a annoncé la semaine dernière que Vestas devait supprimer 1200 emplois début 2011, 1800 fin 2011 et maintenant ils annoncent que ce seront 2400 emplois qui seront supprimés. Si ça crée tant d’emploi que ça, il faut qu’on m’explique.

Comment avez-vous oeuvré contre le projet de construction du parc éolien de la Montagne Bourbonnaise ?

Les modalités juridiques d’attribution d’un parc éolien sont extrêmement floues puisque c’est un interlocuteur privé qui intervient dans une opération publique sans être soumis à appel d’offres.
Les manipulations qui ont eu lieu sur cette opération ont été extrêmement souterraines. Les travaux ont démarré. On a demandé à rencontrer les promoteurs. En fait, ils ont peu de choses à voir avec l’éolien. C’est un cabinet de défiscalisation parisien. On voit bien que c’est un outil financier. Ils n’avaient strictement rien à faire de la Montagne Bourbonnaise ni de l’éolien.

[blockquote cite=”Ludovic Grangeon”]On voit bien que c’est un outil financier. Ils n’avaient strictement rien à faire de la Montagne Bourbonnaise ni de l’éolien.[/blockquote]

Ils nous ont dit qu’ils ont 1500 actionnaires à défendre et que ça passerait qu’on le veuille ou non. Ils font du placement financier. Ils n’en ont vraiment rien à faire. Les élus locaux se sont faits avoir sur les promesses soit disant faites sur les ressources locales qui pourraient être données par les taxes produites par les éoliennes. On a essayé de séduire la population avec une plaquette qui a été très largement diffusée dans les mairies où il était promis 360 000 euros de taxes par an et finalement, on en est à 110 000. Et maintenant, on tente de nous faire dire que 110 000, c’est très bien. 110 000, c’est 10% du préjudice subi par cette opération.

Pensez-vous que la région Auvergne est adaptée à ce type d’énergie ?

On est dans la zone de France la moins ventée. Vous prenez la carte de l’ADEME (Agence de l’Environnement et de la Maîtrise d’Energie) elle-même. On est au niveau 1 sur 5. Une carte qui n’a aucune rigueur scientifique. J’ai creusé un peu la chose, j’ai pris les simulations ventées observées par satellite par l’université de Stanford depuis 10 ans. Les observations sont faites à 80m du sol, à hauteur d’un mât éolien. Elles démontrent que le niveau de vent est inférieur à ce qui est annoncé sur la carte de l’ADEME. Ce qui démontre une fois de plus que c’est une manipulation fiscale. L’expérience allemande pèse cinq fois l’expérience française. En Allemagne, les vents sont plus forts qu’en France, et pourtant les éoliennes ne sont pas capables, pendant 180 jours par an, de délivrer plus de 10% de la puissance qu’elles annoncent.

[blockquote align=”center” cite=”Ludovic Grangeon”]En Allemagne, les vents sont plus forts qu’en France, et pourtant les éoliennes ne sont pas capables, pendant 180 jours par an, de délivrer plus de 10% de la puissance qu’elles annoncent.[/blockquote]

Comment expliquez-vous qu’il y ait autant de parcs éoliens ?

Au niveau politique, c’est très confortable. C’est vertueux, c’est bon pour la planète. Si vous êtes à droite, vous vous dites : « au moins j’ai un objectif vertueux et je m’affranchis de tous les contestataires du nucléaire. » Les Verts vont dire que « c’est parfait. Voilà une solution qui nous permet de taper sur le nucléaire. » Les socialistes se disent « on va se mettre sur l’éolienne comme ça les Verts vont nous laisser tranquilles. » Tout le monde a intérêt à dire qu’il est pour les éoliennes.

Selon vous, quelles sont les conséquences d’un trop grand développement de cette énergie sous cette forme industrielle ?

La Commission de Régulation des Energies attire l’attention, depuis 3 ans, sur les tarifs beaucoup trop généreux attribués à l’éolien et sur l’explosion des tarifs électriques. C’est en train d’arriver.
David Cameron, le Premier Ministre britannique, a pris conscience que l’électricité avait bondi de 20% à cause de l’éolien. Il a convoqué une réunion de crise et va décélérer progressivement la subvention à l’éolien.
En Allemagne, le principal bureau d’études des réseaux d’énergie vient de publier un rapport qui démontre qu’il y a eu une explosion des tarifs aussi. L’Espagne a deux sociétés de production d’électricité qui sont sous la menace permanente de faillite depuis 6 mois, à cause de ce phénomène. Aujourd’hui, on est en complète débâcle. En plus, un état économique épouvantable fait que l’éolien va s’effondrer tout seul.

Comment expliquez-vous cela ?

Aussi cynique que soit l’exploitation faite par une série de vautours financiers, il est dommage que ce secteur soit pénalisé alors qu’il est fortement porteur. Des inventions existent et leur conception permettrait au contraire de le développer selon une filière vertueuse avec création de vrais emplois en France.
Les arsenaux, à Roanne, tournent à vide aujourd’hui parce qu’on ne fabrique plus d’engins blindés, de missiles ou autres. Dans ces ateliers, il y a un savoir-faire énorme de façonnement du métal qui serait très propice au développement de nouveaux engins éoliens. On a des labos de calculs en France qui sont parmi les meilleurs au monde en termes de structures aérodynamiques notamment grâce à Airbus. Et en ce moment, on nous raconte qu’Alstom va acheter une sorte de pseudo licence chinoise pour éventuellement fabriquer des éoliennes à trois pales off-shore qui sont le comble de l’horreur. Décidément, on va toujours à la facilité.

Que pensez-vous des objectifs à l’horizon 2020 ?

Les objectifs pour 2020 ont été décrétés par des technocrates au sommet de Kyoto. Celui de Durban, fin 2011, a montré que c’était complètement irréaliste. Tous les conjoncturistes mondiaux s’accordent à dire qu’aujourd’hui le modèle économique des énergies renouvelables n’est pas au point mais on persiste quand même. Comme disait André Santini « droit dans le mur mais en klaxonnant ».

La suite sur [icon_link style=”globe” color=”green” href=”http://polemag.vichy-universite.com/2012/03/06/le-developpement-de-lenergie-eolienne-en-auvergne/” target=”_blank”]polemag.vichy-universite.com[/icon_link]

2 réflexions sur « Polemag Vichy université sur l’éolienne : l’objectif vertueux de départ a été complètement détourné »

  1. Bonjour,

    Ces éoliennes sont à axe vertical et sont très performantes, autant d’un point de vue production qu’insertion environnemental.
    Je vais demander à monsieur Grangeon s’il peut nous livrer de plus amples renseignements.

    Cordialement,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *