Les professionnels du tourisme se mobilisent contre les éoliennes en mer

Après les associations de riverains et l’Umih (Union des métiers et des industries de l’hôtellerie), le réseau Tourcom est le premier réseau national d’agence de voyages à adhérer au collectif PULSE, qui se bat pour un littoral français sans éoliennes, ainsi qu’à la FED (Fédération Environnement Durable). Le président du réseau, Richard Vainopoulos, s’insurge contre la menace que font peser les centaines d’éoliennes offshore en projet sur l’attrait touristique de la France. Nos correspondants à l’étranger, notamment en Grande-Bretagne et en Amérique du Nord, sont inquiets des projets d’éoliennes autour du Mont-Saint-Michel ou face aux plages du débarquement, deux hauts lieux de la mémoire française mais aussi mondiale.

Une menace persistante sur le Mont-Saint-Michel
Pour Tourcom, l’annulation de la construction des éoliennes d’Argouges, à moins de 20 km du Mont-Saint-Michel, ne signifie pas la fin du danger. En l’absence d’une zone d’exclusion beaucoup plus large des éoliennes, l’Unesco continue de menacer la France de déclasser ce site prestigieux. L’organisation internationale se réunira à nouveau le mois prochain pour étudier le cas des éoliennes du Mont-Saint-Michel. Au moment où de grands travaux sont engagés pour restituer au Mont-Saint-Michel son insularité – un chantier classé « opération d’intérêt national » – il semble d’autant plus incohérent de défigurer le site par des projets d’éoliennes.

Un projet fou d’éoliennes face aux plages du débarquement
Mais le Mont-Saint-Michel n’est pas le seul grand site touristique menacé. Un complexe éolien de cent aérogénérateurs pourrait voir le jour d’ici 2015 dans la baie d’Arromanches, notamment au large d’Omaha Beach. Pour rappel, des milliers de soldats nord-américains ont perdu la vie au large de cette plage. Ce projet fait l’objet d’une récente pétition lancée par l’association d’Arromanches Port Wilson Churchill, qui appelle au respect d’un lieu de mémoire sacré pour les vétérans américains et canadiens.

50% de touristes en moins
Pour Richard Vainopoulos, ces éoliennes ne rapporteront rien mais coûteront très cher en termes d’emplois. Une première étude d’impact touristique montre que les côtes françaises pourraient perdre jusqu’à 15% de touristes français et 30 % de touristes étrangers. Les chiffres montent même à 50% pour les sites les plus célèbres dont font partie le Mont-Saint-Michel et les plages du débarquement. A l’heure où la France n’a jamais eu autant besoin d’emplois et où le tourisme assure une grande partie de notre excédent commercial, cette perspective n’est pas acceptable.

Contacts Presse :
Richard Vainopoulos (Tourcom) – 01.73.79.50.64
Catherine Boutin (PULSE) – 06.10.28.71.12
Jean-Louis Butré (FED) – 06.80.99.38.08

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *