Les maires de l’Allier privés de leur pouvoir sur la question des éoliennes !

Un nouveau tour de passe-passe est entrain de se jouer autour du SRCAE Auvergne.
Sur les quelques 300 maires de l’Allier, seuls une vingtaine était présents à la réunion de présentation du schéma le 26 janvier 2012. Et il est vrai que les priorités ne manquent pas pour ces élus.

Pourtant, peu de ces maires savent que leur commune est ainsi indexée sur le liste des communes déclarées favorables aux éoliennes par le SRCAE au cours de son « travail » de « concertation ».

Encore moins d’entre eux savent ainsi que s’ils refusent cette « indexation » de leur commune, c’est au préfet que sera transmise l’autorité sur la question éolienne s’ils ne se manifestent pas avant la fin des « concertations ». Leur pouvoir sera ainsi dangereusement rogné et le fameux [icon_link style= »globe » color= »green » href= »http://fr.wikipedia.org/wiki/Principe_de_subsidiarit%C3%A9″ target= »_blank »]principe de subsidiarité[/icon_link] aura vécu !

En effet, les promoteurs éoliens pourront se servir de la liste des communes indexées pour passer outre l’autorité des conseils municipaux !

Ainsi, certaines communes, comme celle de Mayet de Montagne, se réveillent voyant la vilaine affaire qui se joue dans leur dos !

[blockquote align= »center » cite= »Claude Reboul, président d’association »]Lorsque le Schéma sera adopté par les différentes édiles municipales, ils ne pourront plus revenir en arrière.
Lorsqu’un promoteur jettera son dévolu sur une commune éligible à l’éolien, le maire n’aura plus son mot à dire.
Seul le préfet de région aura tous pouvoirs pour accorder ou ne pas accorder le permis de construire.
Quant aux retombées financières, qui sont déjà réduites à une peau de chagrin, la commune en sera exclue puisqu’aucune discussion entre le promoteur et le maire n’aura été nécessaire.
De plus, un promoteur pourra réclamer une indemnisation à la commune éligible si une particularité technique existe dont le maire se fait valoir pour contrer l’implantation d’éoliennes sur son territoire : sites classés, paysages…
Pour bien montrer l’aberration de ce schéma et des communes éligibles à l’éolien, nous pouvons citer en exemple la ville de Vichy : Elle ne possède aucune surface libre non bâtie sur son territoire puisqu’elle est ceinturée à ses limites par les autres communes d’Abrest, Creuzier, Cusset, Bellerive.
A moins d’implanter des éoliennes dans les parcs qui jouxtent l’allier, et pourquoi pas au milieu de l’hippodrome.[/blockquote]

Ainsi, nous vous invitons à vous assurer que vos maires ont reçu la lettre d’information du préfet à ce sujet, et qu’ils se dépêchent de prendre une décision sur la question … avant que quelqu’un d’autre ne la prenne à leur place !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *