Valorem, le promoteur éolien, passe en force à Verneix !

Tiré de l’article de la Montagne.fr dans l’édition de Montluçon. Extrait :

Thierry Haas, chef de projets de la société Valorem, l’avoue sans détour : le projet éolien, porté sur les communes de Verneix et Givarlais, a failli être abandonné. La faute, principalement, à des opposants « bien organisés qui ont fini par démotiver les élus ».

Dans un ultime sursaut, après plusieurs années à tenter de convaincre acteurs locaux et population, Valorem s’est décidé, le 23 décembre dernier, à déposer le permis de construire. Elle se passera donc de la ZDE, à savoir l’étude sur la Zone de Développement Eolien portée la communauté de communes de Commentry-Néris-les-BainsLire l’article complet.La Montagne.fr , mardi 18 janvier 2011.

Réponse :

Valorem va donc implanter ses éoliennes contre l’avis exprimé de la population et des élus, et cela sans justification chiffrée. Déjà à Chazemais, le promoteur Volskwind avait refusé pour cause de concurrence de publier les chiffres relevés par son mât de mesure et indiquant ou non la présence d’un vent suffisant dans le département de l’Allier (03). A ce jour, 8 éoliennes vont donc sortir de terre sans aucune justification chiffrée.

Encore une fois, quel investisseur accepterait de se voir refuser les chiffres attestant du retour de son investissement ?
Si Valorem dénonce une caricature, qu’elle le prouve par des chiffres ! Car actuellement, les études indépendantes sur le sujet du vent et des éoliennes dans l’Allier sont de la seule initiative des membres du Collectif et de ses bénévoles et personne ne se bouscule au portillon pour contre argumenter. Non, ce n’est que chantage, passages en force, idéologies et jeux de dupes.

Malheureusement, comme monsieur Thierry Haas le rappel si gentiment : le vent est bien la dernière des préoccupations des promoteurs. Comme l’enseignant / chercheur en économie et en fiscalité Ludovic Grangeon l’a très remarquablement relevé dans son étude économique et fiscale des éoliennes, ces moulins à vent n’ont pas besoin de tourner pour faire la fortune des promoteurs ! Les truchements fiscaux et économiques suffisent à rentabiliser les éoliennes, même sans vent.

Nous appelons donc les élus, et encore une fois monsieur le préfet à faire cesser ce triste manège et ces “coups de mécanos” ( dixit Madame Lagarde ) tant qu’un travail de fond n’aura pas été organisé et tant que les promoteurs n’auront pas été obligés à fournir des résultats au lieu de nous endormir avec du vent. Nous pouvons assurer monsieur le préfet qu’il n’aura qu’a s’en réjouir !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *